Signe des temps, les constructeurs automobiles présentent maintenant leurs nouveautés aussi lors des salons d’électronique comme le CES de Las Vegas. Cette année, c’est Chrysler qui ouvre le bal avec le concept Portal.

Chouette, une nouveauté chez Chrysler. C’est pas si souvent, même si il ne s’agit que d’un concept qui sera présenté au CES de Las Vegas dans les heures qui viennent. Sans originalité aucune, cette « voiture à vivre » du futur est 100% électrique (une première pour Chrysler). Mais ô surprise, ce n’est pas un SUV ! La marque italo américaine capitalise plutôt sur son histoire pour nous ressortir une évolution modernisée du monospace, même si le style des Voyager et Pacifica est bien loin. Assez pataud dans son exécution, le Portal propose néanmoins un trait de style plutôt intéressant dans le traitement des portes.

Coulissantes toutes les deux, elles dégagent un très large accès à l’habitacle et évoquent, au choix, un portail vers un nouvel univers ou de simples portes coulissantes d’ascenseur (selon votre niveau de fantaisie personnelle !). La custode rappelle pour sa part un bon vieux break Laguna de 1ère génération mais permet d’alléger le profil en dessinant une sort de « X ». L’hexagone formé sur les flancs est répété, mais avec beaucoup de lourdeur, sur l’arrière. Lourdeur encore pour l’avant à l’interminable bouclier et aux énormes virgules LED ridiculisant la première Renault Talisman venue.

Bref, ce n’est pas du point de vue du dessin que ce concept fera date. Les spécifications techniques ne sont pas très innovantes non plus : batterie de 100 kWh dans le plancher. Un seul moteur électrique de puissance encore inconnue va mouvoir les roues avants. L’autonomie toute théorique est de 400 km, soit environ 300 km réels, ce qui n’est pas exceptionnel.

 

Ouvrons donc les grands portes du Portal (hélas aucun rapport avec l’excellent jeu vidéo éponyme) pour découvrir l’habitacle. La cible du Portal est clairement affichée par Chrysler : la Génération Y (ou Millenials dans la langue de Donald Trump). Si si : les jeunes gens nés dans les années 80 et ayant environ 25 ans au milieu des années 2000 (et je constate ne pas en faire partie). C’est donc un peu la techno parade dans le Portal : une dizaine de prises USB et de points de recharge, un grand écran multimédia Panasonic, un point d’accès wifi, reconnaissance faciale et vocale pour adapter la voiture à son conducteur, personnalisation très poussée, etc… Et comme pour les Y, conduire c’est pénible, le volant est réduit à sa plus simple expression. Mais ce n’est pas grave : Portal est capable de conduite semi-autonome de niveau 3 et peut même passer au niveau 4 via une mise à jour logicielle, c’est à dire l’autonomie complète, et escamoter ce vilain volant. Et pendant ce temps là, ses 6 passagers pourront travailler, regarder des vidéos de chatons sur Youtube ou se prendre en selfie… C’est y pas beau ?

Parfaitement calibré pour le CES et son public supposé, Portal innove très peu au point d’en être caricatural. Il ne restera sans doute qu’un concept mais si c’est le futur qu’il annonce, ce n’est pas très enthousiasmant ! Si vous êtes un Y, votre témoignage m’intéresse ! Vous vous y reconnaissez ?

Crédits photos : FCA