C’est en plein cœur de Paris, dans le jardin des Tuileries, que Volvo nous a convié à venir découvrir son nouveau XC60. On vous emmène !

Nous sommes vendredi matin, le soleil est radieux et quelques joggeurs foulent déjà le gravier des Tuileries. Mais je ne suis là ni pour dépenser mon trop-plein de calories ni pour bronzer le long du bassin : Volvo m’a invité à venir découvrir son dernier bébé, le XC60. Je l’avais déjà approché à Genève, mais l’idée de le découvrir plus en profondeur et en toute intimité m’a séduit. Et c’est dans un cadre assez particulier que l’on me reçoit, puisque la marque a installé dans ce beau jardin une sorte de mini-showroom éphémère afin de mettre en valeur le nouveau SUV -et les valeurs de la marque, avec masse de mobilier scandinave et tout le tintouin.

Je ne me suis malheureusement pas encore reconverti en blogueuse #mode #lifestyle #foodporn, et c’est donc la voiture qui m’intéresse tout de même davantage. Récapitulons : le long de ses 9 ans de carrière, la première itération du XC60 est devenu le best-seller de Volvo, s’écoulant au total à près d’un million d’exemplaire. De quoi truster la première place des SUV compacts premium. Une excellente performance, qui a permis à Volvo d’accroître considérablement ses chiffres de vente et de booster son image de marque. Petite anecdote intéressante : le XC60 n’a cessé de battre ses records de vente, année après année. Ainsi, il ne s’en est jamais autant vendu qu’en 2016, alors que la voiture avait huit ans et qu’elle devait concurrencer des rivales bien plus récentes ! Un bel exploit, donc, que Volvo compte bien réitérer avec cette nouvelle version.

Au programme : un modèle renouvelé de A à Z (ou de V à O, ça marche aussi, mais moins bien) avec une nouvelle plateforme, partagée avec la famille 90 ; un style fidèle aux derniers canons de la marque ; un intérieur lui aussi dans la veine des nouvelles Volvo ; et enfin des motorisations revues et corrigées. Niveau look, j’avais peur de me trouver en face d’un XS90 (un petit XC90, quoi). Bien heureusement il n’en n’est rien : les designers ont réussi à donner à ce XC60 tous les marqueurs actuels de style Volvo, mais en lui conférant une identité globale propre. Les LED en « marteau de Thor » sont là, mais rejoignent désormais la calandre. Les feux arrières sont reconnaissables entre mille, mais offrent un joli mélange entre ceux du XC90 et ceux du V90. Conclusion, on échappe à l’effet « photocopieuse » (oui, c’est toi que je vise, Mercedes-Benz) tout en gardant un vrai air de famille et en proposant un SUV compact chic et élégant mais statutaire, sans tomber dans l’outrance. Une balance très justement équilibrée et qui me plaît beaucoup.

Quant à l’intérieur… Faut-il vraiment en parler ? Non. Je vais juste vous mettre une image et vous comprendrez par vous-même.

Bon, pour ceux qui n’ont pas compris, on pénètre dans un habitacle spacieux, lumineux (enfin, les cuirs clairs et l’énorme toit vitré jouent beaucoup dans les exemplaires présentés), avec une planche de bord assez somptueuse. Là aussi, la parenté avec la famille 90 se fait immédiatement ressentir, mais le XC60 continue d’innover avec notamment ce plaquage en bois et aluminium qui la parcourt sur toute sa largeur. Les compteurs numériques sont toujours là, la tablette 9 pouces aussi, la sono Bowers&Wilkins aussi. Et ce dernier point est très très […] très cool, étant donné le consensus général sur la qualité époustouflante de cette installation sur les autres modèles Volvo -en cas de doute, vous pouvez cliquer ici, ici, ici ou . N’écoutant que mon courage et cette insatiable volonté de te renseigner, toi, lecteur, j’ai connecté mon téléphone en Bluetooth à l’une des voitures et ai joué Start Me Up des Stones, puis Bad Romance de Lady Gaga, pour finir sur la Gnossienne n°1 d’Erik Satie. Le point commun entre ces trois ? Vous ne trouvez pas ? Alors je vais vous le dire : la restitution est excellente, malgré les trois genres bien différents. L’option coûte certes 3 100 € mais c’est définitivement de l’argent bien dépensé.

Côté motorisations, comme ce XC60 reprend la plateforme SPA de ses grandes sœurs, il est assez logique qu’il en reprenne aussi les motorisations. Et c’est le cas, avec un choix de deux diesel (le D4 de 190 ch et le D5 de 235 ch), deux essence (T5, 250 ch ; T6, 320 ch) et une hybride rechargeable de 408 ch -de quoi abattre le 0 à 100 en 5.3 secondes. En termes de tarifs, le XC60 joue dans la cour des grands, avec une entrée de gamme (D4 BVM AWD) fixée à 46 900 € pour culminer en T8 à…79 510 €. Une hybride vraiment pas donnée, donc, mais pour laquelle Volvo fonde de grands espoirs : il suffit de voir que cette motorisation représente un XC90 vendu sur trois pour se rendre compte du potentiel.

C’est ainsi que s’achève cette découverte statique du XC60. Si vous voulez vous aussi le découvrir, deux options : ou bien vous attendez la rentrée pour le voir en concession ou bien, si vous êtes parisien, vous pouvez passer ce week-end (22-23/04, donc) ou le suivant (qui dure trois jours, petits veinards) aux Tuileries pour vous aussi découvrir ce beau SUV dans ce bel écrin. Quant à nous, on vous en reparlera pour les premiers essais !

Avant de vous quitter, voici un petit live Facebook réalisé dans la plus parfaite arrache :

Crédits photos/vidéo : Jean-Baptiste Passieux

Je suis sur Twitter : @JBPssx.