Essai : Andros Car électrique ’03’ ( vidéo )

Cette semaine, blogautomobile a eu l’immense chance d’aller tester la version ’03′ de l’Andros Car électrique sur le circuit de Versailles Satory dans les Yvelines. Tout d’abord, mettons les choses au clair, c’est une voiture éléctrique OUI, mais c’est aussi et surtout une voiture de course, ranger vos préjugés au placard, installez vous dans le baquet (passager, c’est moi qui pilote !) et accrochez vous…

Un peu de technique (et d’histoire.. si si !)

J’insiste, une immense chance oui, car c’est une véritable voiture de course ainsi qu’un objet de très haute technologie avec des évolutions technique hors du commun. Prenez un châssis tubulaire développé par l’entreprise -française- Exagon (a l’origine du projet Furtive e-GT) et ajoutez y des moteurs électriques (Siemens) et des batteries élaborées par l’entreprise française SAFT (qui équipe également le prototype Furtive e-GT) permettant à la voiture une autonomie de 35 minutes (avec un temps de charge d’environ 30 minutes) vous obtenez ainsi un bijou technologique de 800kg développant 90 kW (l’équivalent de 122 cv) capable d’accélération incroyable, un couple de folie disponible dès le départ bref, des sensations inimaginables à bord d’une voiture électrique ne possédant qu’une seule ‘vitesse’. Quand on sait que le programme Andros Car électrique a débuté il y a quatre ans, et qu’à l’époque, la voiture (sous forme de buggy) ne faisait que 50 cv, pesait quelques 450 kilos et n’avait une autonomie que de seulement 7 minutes… Alors comparez ces informations techniques à celles dites précédemment… tout est dit. N’en déplaisent aux pro-‘vroum vroum’ (que je suis) l’évolution est bien la, et ça promet de bien belles courses ‘vertes’…

L’essai

Après un accueil chaleureux de toute l’équipe, notamment Stéphanie VAL, Olivier LATUGAYE, les pilotes Franck LAGORCE et Olivier PERNAUT ainsi que Max MAMERS, créateur du trophée Andros électrique, pour ne citer qu’eux. J’ai tout de suite été sollicité pour un briefing (par Franck LAGORCE) du circuit de Versailles-Satory. Une petite pluie fine s’étant invitée au rendez-vous, il fallait  se méfier sur les pavés et durant les phases de freinage. Une fois les explications terminées -et un petit bout de fromage pris au buffet ‘pour la route’- me voila fin prêt à prendre le volant du bolide qui m’attendait devant la porte.

Me voilà dans l’Andros Car, et comme sur un Kart, deux pédales. Droite vous accélérez, gauche vous freinez. Un volant, des boutons et sans un bruit (si un petit sifflement quand même, n’abusons point) vous vous échappez vers le bonheur. Vous l’avez vu/le verrez dans la vidéo, mes premiers tours de roues sont quelque peu … craintifs, mais plus les secondes passent, plus mon pied droit s’alourdit -comme on dit- et là c’est le pied absolu (c’est le cas de le dire) des sensations incroyables, difficiles à décrire. Une poussée infernale d’une seule traite qui vous colle -gentiment- au fond du baquet MOMO, une suspension en configuration asphalte, ferme, une direction précise, je vous l’ai dit, une vrai voiture de course. Fin du troisième tour, je laisse -tristement- ma place à Olivier PERNAUT (pilote officiel du Trophée Andros) pour un baptême qui promet de me faire passer pour un papy.

Le baptême

Allongé sur cet étrange baquet, sanglé, la caméra en route, nous nous élançons. Ca secoue, ça déménage ! … on sent qu’Olivier maitrise le sujet. Etre passager, une sensation différente certes, mais tout aussi extraordinaire. Première fois depuis mes 9 ans que je monte a coté d’un pilote dans une voiture puissante (une Ferrari 360 Modena a l’époque) je suis chahuté dans tout les sens, ne me laissant pas un seule seconde pour filmer ‘droit’, mais qu’importe .. quelle sensation phénoménale ( j’ai tout de même des images ! ) en sortant j’avais les jambes tremblantes, pour vous dire ! Deux tours, ça passe extrêmement vite et je dois avouer avoir mis quelques minutes a me remettre de ces tours de piste inoubliables.

L’exercice ( ou plus simplement, le Drift… )

Remis de mes émotions, Olivier (LATUGAYE cette fois ci) m’emmène a quelques mètres du tracé, sur un petit bout de circuit avec au milieu, des cônes formant un cercle, et comme seule et unique consigne … faire partir l’arrière de l’Andros Car. Petite explication, je cite : ‘tu t’élances, tu tournes, t’accélères et tu contre-braques’. Exercice plus communément appelé ‘Drift’ et complément dément ! Une propulsion qui a la pêche associée à un ‘droit’ de faire partir l’arrière, que demande le peuple !  Je m’exécute, trois tours dans un sens, trois dans l’autre. Au début, vers la gauche … quelques têtes a queue, j’adore, c’est génial ! Puis vers la droite, j’arrive enfin à tenir la voiture en ‘drift’ … sensations monumentales. Encore une fois, je dois laisser la place. Je serais bien resté toute la journée à ‘jouer’ avec cette Andros Car électrique, mais ne faisons pas les difficiles quelques minutes, c’est déjà une chance incroyable.

Pour ces deux photos : Olivier LATUGAYE


C’est -déjà- fini.

Voilà une superbe expérience vécue ! Je pense pouvoir dire définitivement, que cette Andros Car est quelque chose de sérieux, de puissant, d’incroyable … une vrai voiture de course qui n’en est qu’au début de sa conception et qui promet un superbe avenir, qui plus est, un avenir vert, et bien meilleur pour notre jolie planète bleue. Je vous laisse avec quelques photos.

Et pour le plaisir et surtout le votre, voici l’Andros Car by Adrien… en vidéo .

Encore un immense Merci a toutes les personnes nous ayant permis de réaliser cet essai qui fut une expérience inoubliable.