Coup de folie, crise de mégalomanie, vraie envie industrielle ! Je ne sais quoi penser car après avoir avancé des pions en direction d’Alfa Romeo, on apprend que Ferdinand Piech serait interessé par l’acquisition de Ferrari ou au moins il voudrait avoir des parts dans l’entreprise de Maranello.

Non content d’avoir déjà Lamborghini, Bugatti et Porsche dans ses rayons, F.Piech se verrait bien avec Ferrari dans le patrimoine du groupe VW et s’il sait très bien que Fiat dira non au rachat total de Ferrari, le furieux Ferdinand se verrait bien avec un morceau du capital de l’entreprise italienne.L’homme guette aussi le moment où il va pouvoir jeter son dévolu sur les entreprises à forte image et forte valeur ajoutée du groupe italien. Effectivement le groupe Volkswagen attendrait en embuscade le bon moment où Fiat va devoir monter en participation au capital du groupe Chrysler et pourrait avoir besoin d’un peu plus de trésorerie qu’actuellement.

Tel un aigle guettant sa proie, F.Piech ( 73 ans ) a le regard fixé sur le nord de l’Italie et son industrie automobile, attendant le moment opportun pour faire une offre non refusable pour une des deux entreprises… Et pour apporter de l’eau au moulin de F.Piech, sachez que la trésorerie disponible en cash pour le groupe VW est de 19.6 milliard d’euros toutefois n’oublions pas que le directoire du groupe Fiat ( S.Marchionne compris ) ne veut pas vendre le fleuron du groupe qui est aussi l’entreprise la plus rentable de l’entreprise turinoise car sans Ferrari les investisseurs pourrait tourner le dos au groupe industriel. On peut aussi voir cette nouvelle annonce comme un moyen de pression pour déstabiliser le groupe Fiat dans son évolution à venir qui pourrait, peut être, un peu gêner VW dans son expansion hégémonique  sur le marché automobile mondial. Et je dois avouer que voir du VW partout n’est pas une perspective qui me fait vraiment plaisir… Une affaire à suivre dans les prochains mois aussi bien pour Alfa que pour Ferrari.

Via Autonews, Autoblog.