Billy, héros quasi mythique du non moins mythique film Easy est décédé d’un cancer de la prostate à l’age de 74 ans. Denis Hopper n’était pas forcément un grand amateur d’automobile mais la chose mécanique a toujours été présente dans sa vie au coté de l’alcool, de la drogue et des filles.

On n’oubliera pas le road movie, au coté de Cap’tain América, qu’est Easy Rider, ni le bruit du V-Twin des Harley, ni la dérive d’une société et un film qui, au final, est devenu culte et emblématique de la mouvance hippie des années 60-70. Pour les amateurs de cinémas et de voitures, rappelons nous que le comédien avait débuté au milieu des années 50  aux cotés d’un certain James Dean dans « Rebel without a cause » , film où l’on retrouvait déjà quelques autos de légende… Sa carrière cinématographique se fera à coup de rôle de méchant dans les films où l’accompagnent souvent des belles américaines faites d’acier ! Une vie d’artiste décousue faite de quasi déchéances puis de résurrections artistiques puis de rechutes. Alors qu’il aurait pu être un monstre sacré d’Hollywood, la blanche, l’alcool auront été les plus forts et l’acteur-photographe. Dennis Hopper nous refait le coup d’Easy rider pour prendre quelques milliers de dollars dans une pub automobile que vous connaissez surement et qui reprend les clichés du roadmovie de 1969.

Mais Easy rider, c’est surtout ça.

Dans sa filmographie, on n’oubliera pas Apocalypse Now, Red RockWest, Speed, Blue Velvet qui  l’ont mis en scène sous les traits d’un méchant toujours un peu déjanté ! Il y a deux mois l’acteur, déjà bien mal en point, était venu sur le Walk of fame pour y découvrir son étoile. Dennis Hopper ( 1936-2010 )… born to be wild ! R.I.P.

Via Youtube.