Chiron - 32

Juste quelques heures avant l’ouverture du Salon de Genève, Bugatti a révélé son nouveau modèle extrême : la Chiron

Appelée à remplacer la Veyron, produite de 2005 à 2015, la Chiron devient le seul modèle de la gamme du constructeur franco-allemand (propriété de Volkswagen).

Chiron - 33 Chiron - 31 Chiron - 28

Esthétiquement, nos suppositions sur une grande similitude entre le prototype Vision GT et la voiture de série se sont avérées exactes. Il suffisait de retirer les appendices pseudo aérodynamiques pour aboutir à une ligne plus pure, qui représente plus une évolution de la Veyron qu’une réelle révolution. La découpe des portes est notamment très similaire, ainsi que le gabarit quasi inchangé. Les dimensions restent relativement contenues : longueur de 4,54 m, largeur de 2,03 m et hauteur de 1,21 m. Le poids, lui est très élevé : la Chiron atteint les 2 tonnes ! Le point d’orgue du profil est évidemment la grande ellipse ceinte d’un joint chromé et marquant la démarcation du thème bicolore. Cette ellipse rappelle les schémas bicolores vus sur les Bugatti des années 20 et 30, Type 55 et 57 notamment.

Si le profil n’est pas révolutionnaire, il en est tout autrement pour les parties avant et arrière. A l’avant, la calandre en fer à cheval est bien sûr toujours présente, mais encadrée de 4 phares carrés, enfoncés dans le bouclier. Cela n’est pas sans rappeler les Alfa Romeo SZ ou RZ. L’arrière est quant à lui autrement plus spectaculaire. Terminés les petits feux ronds, place à une barre lumineuse occupant toute la largeur de la voiture. D’énormes extracteurs sont présents de part et d’autre. Un aileron mobile est aussi présent, tout comme sur la Veyron.

Chiron - 26 Chiron - 25 Chiron - 24 Chiron - 23

La fiche technique frise naturellement l’indécence : puissance de 1500 ch à 6700 tr/min, couple de 1600 Nm sur une large plage d’utilisation allant de 2000 à 6000 tr/min. Le moteur est quant à lui une évolution du W16 quadri turbo de 8,0 l déjà vu sur la Veyron. La transmission est toujours assurée par une boîte DSG 7 rapports, que l’on imagine nettement renforcée pour supporter le surcroît de couple. Contrairement à ce qui était pressenti, pas de motorisation hybride ! Les consommations et émissions de CO2 sont inconnues. Est-ce bien important pour cette voiture ?

Chiron - 20 Chiron - 13 Chiron - 12 Chiron - 11 Chiron - 21

Dans l’habitacle, bien plus d’évolution qu’à l’extérieur. La console centrale se résume à une fine barre de carbone qu’occupent quelques interrupteurs (un peu à la manière d’une McLaren P1). Pour ce qui est des compteurs, le tachymètre central reste fidèle aux aiguilles, tandis que les écrans latéraux multifonctions regroupent compte-tour, GPS et système multimédia. Terminé le système audio antédiluvien.

Pour ce qui est des performances, Bugatti annonce une Vmax de 420 km/h, limitée électroniquement, et un 0 à 100 km/h en 2.4 s. Gageons qu’une version hypersport/supersport/megasport améliorera encore ces chiffres, sommes toutes pas très éloignés de ceux d’une bonne vieille Veyron Supersport. Le tarif de vente est d’environ 2.4 M€. Un set de bagages cuir personnalisé est également disponible en option. Près d’une centaine de Chiron seraient déjà vendues sur les 500 exemplaires prévus .

Folle, irréaliste, démentielle, vulgaire, indécente. Inutile ? Oui. Mais l’automobile c’est aussi et surtout la passion et c’est grâce à des engins telle que cette Bugatti que l’on peut encore rêver. Il sera toujours temps de revenir aux SUV hybrides après !

Crédits photo : Bugatti, Quattroruote