Bugatti Type 51 Grand prix chassis n°51132, modèle 1931 très exactement. Cette belle et mythique alsacienne sera l’une des stars de la vente RM Auctions qui aura lieu à Monterey du 12 au 14 août prochain en préambule au concours d’élégance de Pebble Beach.

Beau palmarès pour ce chassis 51132 avec 17 Grands prix en Europe, vainqueur de la coupe Vanderbilt en 1936 et du Grand Prix des Etats Unis en 1935 puis 1940. Cette Type 51 est aussi la seule Bugatti de cette série 51 qui a couru aux USA.

Cette Bug’ Type 51 GP est animée par un L8 à deux arbres à cames de 2.262 cm3 à compresseur Roots développant 185 chevaux ( 84.09 ch/L tout de même  ), l’alimentation se fait grâce à des carbus Zenith, elle dispose une BVM4 +MA, est équipée de 4 freins mécaniques et repose sur des trains semi élliptiques. Enfin la type 51 dispose de roues en alliage léger de type monobloc contrairement à celles de la 35B.

La Type 51 dispose de la même cylindrée que le moteur de la 35B mais le bloc est moulé en une seule pièce en alu contre deux pour la 35B. Le L8 est un bloc moteur à cylindre borgne et chambre de combustion hémisphérique. Ce nouveau moteur est aussi équipé d’un vilebrequin monté sur roulements à billes ( et non à aiguilles comme sur la 35B ) respire mieux, prend mieux les tours ce qui lui permet de voir la puissance du 2.3 L passer de 150 à 185 chevaux. Par contre, toujours pas de chaines pour les arbres à cames, chez Bugatti on fait toujours confiance à la cascade de pignons dont on connait les performances et la fiabilité même si le système est un peu pénalisant en matière de tours/minute. En 1930, la Bugatti type 51 atteint la Vmax de 225 km/h environ et abat le 1000 mètres D.A en moins de 25 secondes ( il devait falloir penser longtemps à l’avance au freinage … ) . La type 51 fait sa première apparition en 1930 au Grand Prix de l’ACF mais la voiture n’est pas prête par contre en 1931 elle écrase la saison de GP de sa domination. En 1932, les Maserati et surtout les Alfa Roméo P3 la dominent nettement et Bugatti fait donc évoluer la voiture avec un moteur de même type mais en 1500 cm3 ( Type 51 A ) qui sera engagée dans la catégorie des « voiturettes ».
Elle sera produite à environ une quarantaine d’exemplaires et elle est la dernière Bugatti de course à avoir été vendue aux clients privés. Restera toute de même de cette fabuleuse coursière alsacienne, le moteur qui est bourré de qualités et que l’on va très vite retrouver sous le capot de la sublime Type 55 qui sera produite entre 1932 et début 1936 ( on les connait entre autres choses grâce à leur bicolorisme noir/rouge ou noir/jaune  ).

Admirez la liste des brevets qu’il y avait sur cette voiture….

Pour ceux qui seraient interessés par cette Type 51, sachez qu’elle est estimée en 3.5 et 4.5 millions de dollars pour les enchères du mois d’août en Californie. Enfin, une chose qui devrait séduire les européens, cette voiture est restaurée à notre manière et non à la façon californienne qui veut que l’on refasse des autos plus neuves que neuves… Celle ci est restaurée mais dans son jus.

Si vous ne connaissez pas le son d’un L8 Bugatti à compresseur, c’est par là.

Une affaire à suivre dans 3 semaines .

Via RmAuctions, Reminou75, Youtube.