Alors que la très réussie familiale de Citroën se fait déjà rare dans la communication du constructeur, la marque fait le nécessaire pour séduire la clientèle à l’exportation et notamment l’importante clientèle chinoise toujours friande de belles et grandes voitures.

Aussi pour séduire les chinois, le constructeur français envoie à destination du marché chinois une belle carte postale caricaturale de cet qu’est Paris dans les romans Arlequin, dans les chansons des cafés montmartrois ou dans l’imagerie des agences de voyage qui exercent leur activité en Chine. C’est frais, fleuri mais à 1000 lieues de la réalité que les parisiens connaissent tout au long de l’année ou que découvrent les chinois quand ils visitent notre capitale. Mais si ça permet à Citroën de vendre quelques milliers de C5 supplémentaires, c’est toujours ça de pris.

Et la C5 en rose c’est pour quand ?

Via Citroën, LBA, Youtube.