Le petit constructeur britannique David Brown avait annoncé un nouveau modèle plus petit, en complément de sa grosse (et chère) Speedback GT. Mais par « plus petit » on n’avait pas compris que c’était en fait « Mini » !

Retro-design, restomod et autres bizarreries, on en a déjà pas mal parlé sur le blog avec les Porsche de Singer ou plus récemment un Citroën Jumper bricolé en Type H, sans oublier bien sûr la Speedback GT de David Brown. Ce dernier étend sa gamme vers le bas, tout en bas, avec une très sympathique réalisation sur base de Mini.

Trop grosse et pas vraiment respectueuse de la tradition, la Mini by BMW ? C’est ce que semble penser David Brown qui va aborder le sujet différemment. La Mini avec son gabarit poids plume et son look inimitable est irremplaçable, mais les conducteurs d’aujourd’hui ne se satisfont plus d’amortisseurs en noyaux de pêche et d’une fiabilité toute britannique. Et en plus, pas moyen d’écouter ses playlists si elle a la chance d’avoir un autoradio. David Brown va donc partir d’une brave et innocente caisse de Mini qu’il va complètement dépouiller et moderniser. Le châssis est revu, des suspensions sont installées (grande première dans une Mini !), le freinage est largement renforcé avec 4 freins à disque et la direction peut devenir assistée en option. Le moteur est revu de fond en comble. Il s’agit toujours du fidèle 4 cylindres de 1275 cm3, qui gagne pas moins de 17 ch dans l’opération pour aboutir à 80 ch. Pas un foudre de guerre, mais pour un poids d’à peine 740 kg, c’est largement suffisant pour s’éclater à Soho ou Avenue Montaigne. Mais pas de miracle avec un vieux moulin : conso mixte de 6,6 l/100 et surtout des émissions de CO2 dignes d’un tracteur soviétique époque Stalinienne grand cru : 184,7 g / km. Si il vous prenait l’envie d’en immatriculer une en France, le malus serait de 8 173 €… Ça pique un peu !

Voilà pour la partie mécanique. La carrosserie est entièrement revue elle aussi avec de nouveaux panneaux, des élargisseurs d’aile, une calandre inspirée de la Mini Super Deluxe, des nouvelles optiques, de trop mignons petits feux à LED à l’arrière et pas mal d’autres détails qui viennent donner un sympathique petit coup de frais (amis puristes, si vous lisez ces lignes, vous devez normalement déjà être évanoui ou avoir jeté votre terminal contre un mur).

Et on ne s’arrête pas en si bon chemin : ouvrons la portière pour découvrir un habitacle subtilement repensé. Le volant conserve son inclinaison, les compteurs Smiths sont toujours bien en face, mais une petite vue sur la console centrale va vous intriguer : un grand écran LCD de 7″ fait son apparition pour vous procurer un GPS, une compatibilité Apple CarPlay ou AndroidAuto. Les aérateurs sont repris de chez Mercedes (pourquoi pas ?), et des gros boutons en alu tout droit sortis d’un poste de radio Telefunken vont permettre de commander la ventilation, le dégivrage, etc… L’uchronie est poussée à son paroxysme avec la présence simultanée sur la console centrale d’un bouton Start/Stop et du levier de la boîte 4 rapports en bakélite. Tout ça fait terriblement foutraque et Steampunk dans l’âme. Et j’adore !

Comme il convient à toute Mini, la Remastered sera hautement personnalisable : 13 couleurs de caisse, 3 couleurs de toit, 7 modèles de jante et 6 couleurs de cuir vont vous permettre de créer VOTRE Mini. Rien que les noms des couleurs donnent envie ! A Whiter Shade of Pale, Midnight Rambler, Good Vibrations, etc… Si vous ne comprenez pas, venez en parler dans les commentaires, il y a une éducation à faire !

David Brown propose deux éditions de lancement en série limitée : l’une inspirée des Café Racers des années 60, et l’autre de la victoire de Mini au Rallye Monte Carlo 1964. Mention spéciale pour la Café Racer avec ses sangles de capot en cuir et ses optiques supplémentaires !

La Mini Remastered est un magnifique objet, donc la finition semble tout bonnement excellente. Vous sentez venir le problème du prix ? Allez : 50 000 £, soit environ 60 000 €, hors options, malus écolo, etc… C’est très cher pour une Mini, mais raisonnable pour une voiture déraisonnable !

Crédits photos : David Brown Automotive