Hé oui mais ça ne surprendra personne mais Gian Mario Rossignolo vient d’essuyer un méchant revers qui pourrait vraiment mettre un terme à l’aventure de De Tomaso « next gen » …

L’Union Européenne vient en effet de refuser à l’homme d’affaire qui veut relancer De Tomaso à la façon « gros coupés onéreux, + gros SUV + grande berline de luxe chère + citadine ultra premium ) un prêt de plusieurs dizaines de millions d’euros destiné à la relance de la marque défunte pour son outillage, ses premiers achats de matières et l’embauche puis la formation des futurs ex salariés qui sont déjà les quasi ex salariés du site Pininfarina de Grugliasco !

Selon Federico Bellini représentant de la FIOM-CGIL, cette situation ne pourra pas durer et l’on peut vraiment s’interroger sur l’avenir de la marque et des salariés recrutés. Ce quasi revers de fortune pourrait très vite sceller le sort de l’entreprise de Modène et par la même l’avancement des projets annoncés. Ainsi il semble que le fameux SUV sportif à l’italienne ne sera pas présenté à Genève 2011 mais bien plus tard  sans qu’aucune date n’ait été communiquée ce qui en dit long sur l’avenir de celui qui voulait relancer De Tomaso en faisant l’acquisition de l’usine Fiat de Termini Imerese… ppfff !

Un mégalomane de plus qui aime les photos sur les salons, les annonces tonitruantes, donc rien de neuf dans le monde l’automobile mais cela décevra les vrais amateurs de la marque qui, objectivement, ne représente plus grand chose sauf aux yeux des collectionneurs et des amateurs de voitures que nous sommes !

Un logo modifié pour rien et qui ne représente rien, un stand miteux au Mondial, des investissements et des projets qui passent à la trappe … rien que du normal mais on aura toujours plaisir à retrouver la Pantera ( sans H ), la Mangusta, les Longchamps et Deauville ou la Vallelunga. Allez on oublie, on passe à autre chose et on profite des belles italo américaines de collection !

Via LaRepubblica, Autoblog.