Encore un SUV Audi ? Oui, mais celui-ci est un « coupé ». voici  l’Audi Q8 Concept, le Super SUV Qui Va Vite.

Le public américain est friand de grosses machines qui font vrOOOOOm (relire l’excellent billet de JB sur le SUV américain moyen ici). L’Audi Q8 dans un tel contexte apparaît comme… petit. Sisi : petit. Pour les Etats-Unis. Mais chez nous, ce gros coupé-SUV sera très imposant : 5,02 m de long, 2,04 m de large et un empattement de 3 m. De quoi ne pas passer inaperçu avec des dimensions quasiment identiques à celles d’un Q7.

Reposant sur la même base technique, le Q8 se veut être la version « coupé dynamique », le Q7 étant la familiale père tranquille. Audi rejoint donc les rangs des duos bavarois X5/X6 et souabes GLE/GLE Coupé. Le design est dans la droite ligne des derniers concepts de la marque aux anneaux : tout en arrêtes vives, avec un montant C assez réduit. Il rappelle beaucoup le concept e-tron Quattro vu à Francfort en 2015 ou même, si on veut aller encore plus loin, les fameux coupés Quattro des années 80. Le hayon incliné ne laisse planer aucun doute sur l’habitabilité du Q8 : c’est une 5 places seulement (voir même 4 sur le concept car). La calandre largement ouverte, les bas de caisse très structurés et les jantes de 23″ (gasp !!) finissent de vous convaincre que ce n’est définitivement pas le SUV de Jean-Claude-de-la-compta-qui-se-la-pète-avec-son-Qashqai-à-la-machine-à-café. D’ailleurs, le Q8 rappelle même le Lamborghini Urus par certains côtés. Et Jean-Claude, il va avoir la peur de sa vie en voyant cette fameuse et monstrueuse calandre dans son rétro. J’ose espérer que la version de série sera plus discrète.

Pour motoriser la bête, un bloc essence 3.0 TFSI de 333 ch est accouplé à un moteur électrique fournissant 100 kW. L’ensemble procure 450 ch et un couple de 700 Nm, des valeurs presque modestes après les délires de Faraday Future, mais bien plus réalistes. La motorisation est de type plug-in hybride et permet de parcourir environ 60 km en électrique seul. Transmission Quattro, bien évidemment, on est chez Audi que diable ! Grâce à son architecture hybride, le Q8 revendique une conso de 2,3 l / 100 km (cycle normé, etc… on peut émettre des doutes).

Si l’extérieur joue la carte de l’agressivité m’as-tu-vu, l’habitacle est au contraire bien plus zen et relaxant. Bon, pas de bâtonnets d’encens ou de petite cascade, mais une ambiance très épurée, gris clair, tout en lignes droites (peut être même un peu trop…). Le Virtual Cockpit Audi est bien sûr de la partie, mais ici il est réparti sur trois surfaces d’affichage différentes.

Très proche d’une version de série, le Q8 devrait effectuer ses premier tours de roue officiels en 2018. Mon rétroviseur en tremble déjà d’avance ! Et pour compléter les photos officielles, voici quelques vues prises Live par Gonzague sur place.

Crédits photos : Audi, Gonzague Dambricourt