essai-nissan-leaf-30kwh-photo-56Depuis 2010, Nissan est le leader mondial en termes de véhicules électriques. Ce n’est pas moins de 250 000 voitures 100 % vertes qui sont sorties des chaines de production, dont 230 000 Leaf. Et alors que le copain du groupe, Renault, annonçait il y a quelques semaines une toute nouvelle autonomie de 400 km pour sa Zoé (300 km dans la vraie vie), la Leaf propose quant à elle 250 km (200 en conditions réelles) depuis le début de l’année 2016.

Le marché des voitures électriques est de plus en plus grand, et pour encore accroître cette progression le constructeur cherche à développer un grand réseau de bornes de recharge. Grâce au groupe Ferrandi, Nissan compte installer 14 bornes en Corse, dont 4 sont déjà opérationnelles (Ajaccio, Propriano, Aleria et Bastia). C’est pour cela que nous nous retrouvons aujourd’hui aux alentours de Porticcio, afin d’éprouver l’autonomie de la Leaf, entre mer et montagnes sur l’Ile de beauté.

 

Cette Nissan Leaf est donc la première voiture de grande série à être 100 % électrique. Depuis sa commercialisation, l’auto a subi de nombreuses mises à jour, mais pratiquement que d’ordre technique. Son design détonnait déjà lors de sa présentation il y a 6 ans, et n’a donc malheureusement pas évolué.

Je vais être franc avec vous, je n’aime pas du tout ce dessin tout en rondeur et arborant des formes venues de nulel part… Et visiblement je suis loin d’être le seul. Mais après tout, pour des gens qui apprécient – bah oui il y en a – ou pour ceux qui se fichent totalement du design, préférant technologie et habitabilité, la Leaf passe maintenant presque inaperçue dans le parc automobile actuel. Et comme beaucoup aiment l’affirmer, il s’agit d’un style qui se dit « fonctionnel ». En effet, pour un véhicule, le Cx (coefficient de traînée) est très important, et la Leaf vous en propose un de 0,28. A titre de comparaison, une Toyota Prius est à 0,24, une Audi A3 à 0,31 ou un Tiguan à 0,37.

Malgré mes critiques, les gens vous regarderont quand même avec sympathie en vous voyant arriver du fait de l’absence totale de bruit.

essai-nissan-leaf-30kwh-photo-32A l’intérieur ce n’est pas d’une grande folie non plus, mais ça a le mérite d’être relativement propre et original. Notamment à l’image du levier de vitesse, sur la console centrale, tout en rondeur. A première vue ce nouveau genre de commande est très perturbant. Mais à l’usage il s’avère être vraiment ludique et pratique : tel un petit joystick de jeu vidéo simple d’utilisation et intuitif. Et cela renforce le côté vaisseau spatial que l’on ressent à l’accélération dû au léger sifflement.

A part ça, ce n’est pas une voiture ultra haut de gamme, surtout dans cette finition Acenta. On retrouve du plastique dur sur toute la planche de bord, mais grâce à cette couleur claire le rendu parait plus qualitatif. Les sièges sont à première vue d’un confort royal, mais ils sont mous, alors je ne suis pas certain qu’à la longue ce soit un point positif. Mais attention… ceux-ci sont chauffants à l’avant ET à l’arrière, et ça c’est plutôt sympa.

Le compteur, entièrement numérique, est lui aussi très futuriste mais également très facilement compréhensible. Au centre, on dispose de toutes les infos nécessaires pour rouler sereinement, charge de la batterie, autonomie et l’affichage en temps réel (en roulant) de l’utilisation de la puissance ou de la régénération. Au-dessus de volant, un combiné tête haute affiche la vitesse. (à voir en vidéo par ici)

Sur la planche de bord, un écran de 7 pouces vous affichera les données habituelles (Radio, Musique, GPS, …) mais surtout quelques informations utiles sur votre conduite écologique. Vous pouvez même rechercher les stations de recharges les plus proches de votre position.

Enfin, j’ai été très agréablement surpris par l’habitabilité de cette voiture. La position de conduite est irréprochable et vos passagers seront à leurs aises. A l’arrière la place aux jambes est largement suffisante pour des adultes. Au final, c’est presque dommage de ne pas pouvoir parcourir plus de 200 km à son volant, on en serait presque frustré. D’autant plus que le coffre alloue 370 litres de chargement, presque aussi bien qu’une Megane.

 

essai-nissan-leaf-30kwh-photo-20L’intérêt de cet essai était surtout de prouver que la Leaf est capable d’aligner les kilomètres en dehors des grandes agglomérations urbaines. Me voilà donc parti pour plus d’une centaine de kilomètres sur de magnifiques routes montagneuses utilisées par les spéciales du Rallye de Corse.

La conduite fut pour moi une super surprise. J’avais déjà eu un avant-goût avec des voitures hybrides mais jamais de full électrique. Et c’est vraiment un bonheur d’avoir de telles accélérations, disponibles instantanément et à tout moment.  Avec ses 109 ch (80 kW) la Nissan Leaf abat le 0 à 100 km/h en  11,5 secondes, ce qui en soit n’est pas un chiffre incroyable, mais pour le coup c’est plutôt le 0 à 50 ou quelques reprises que j’aimerais pouvoir comparer à d’autres voitures plus puissantes. Mes accélérations et autres dépassements ont en effet dû laisser pantois quelques automobilistes corses souhaitant jouer avec moi.

En plus, la tenue de route offerte par cette voiture est vraiment très bonne. On peut conserver une allure soutenue tout en alignant les virages sinueux sans craindre la sortie de piste. Elle prend un peu de roulis, et le crissement incessant des pneus venant rompre le silence ambiant calmera peut-être un peu vos ardeurs. Mais je ne doute pas que la direction précise et le freinage très mordant viendra vite vous rassurer. Et si évidemment vous souhaitez profiter plus calmement du paysage, le confort des suspensions absorbant parfaitement les irrégularités des routes corses vous incitera au voyage : jusqu’à la panne sèche.

D’ailleurs à ce sujet… Je savais que certains de mes collègues allaient jouer le jeu de l’autonomie. Alors j’ai privilégié le plaisir de conduire, surtout avec de telles courbes qui se présentaient à moi. Et puis j’avais en tête la devise du blog « écrit par et pour des passionnés. », alors on n’a pas vraiment l’habitude de rouler comme des petits vieux (oh que c’est pas gentil ça…) !

Mais avec les retours des précédents groupes il m’a fallu être tout de même très prudent, j’ai donc parfois dû me calmer un peu et observer attentivement l’évolution de mon autonomie. Après avoir terminé ma boucle d’environ 100 km je suis au final arrivé avec une autonomie restante de 17 km (et 7% de batterie). Franchement ce n’est pas si mal ! Alors oui c’est très loin des 200 km annoncés au début, mais d’autres sont arrivés avec 51% grâce à une conduite totalement normale, aux limitations de vitesse, ni plus ni moins.

[Ah oui… autant vous prévenir qu’à partir de 6% : un message « batterie faible »
s’affiche et le nombre de km restants disparaît. C’est quelque peu… perturbant !]

batterie-faible-nissan-leafMême si je souhaitais m’amuser dans cette Nissan Leaf, j’ai quand même pris le temps de découvrir les différents modes. Pour vous permettre d’économiser encore quelques kilomètres, le mode Eco est activé au démarrage. Celui-ci limite la puissance et donc les accélérations. La voiture se transforme bien plus en baleine – remarquez ça colle bien au design – qu’à un vif espadon. Si vous souhaitez une plus grande vélocité, il vous suffit de le désactiver avec le bouton situé sur le volant. Ensuite l’étonnant levier de vitesse vous permet de choisir entre les fonctions Drive et Brake. La fonction Drive est la fonction la plus banale tandis que la fonction Brake favorise le rechargement des batteries mais entraîne un important frein-moteur. Beaucoup était très sceptiques quant à ce mode. Et bien moi au contraire je l’ai grandement apprécié, j’adore tout simplement qu’une voiture ralentisse suffisamment lorsque je relâche l’accélérateur, et ne pas avoir à toucher la pédale de frein.

C’est en tout cas une voiture du quotidien idéale dans ce  genre d’endroit, et je ne pourrais qu’encourager les corses à acheter ce type de voiture. La conduite est tellement douce, simple, facile et efficace : on conduit à une seule main sur des dizaines de kilomètres de montagne sans se fatiguer, sans stress, sans énervement. Tout cela en toute tranquillité et avec un véritable plaisir. Le silence qui règne à bord est tellement agréable, d’autant plus qu’en montagne on aurait tendance à pousser les rapports pour grimper. Et cerise sur le gâteau, aucun risque de subir une pénurie d’essence, pourtant envisageable sur une île.

Pour terminer de vous convaincre à franchir le pas, on a tendance à croire qu’une voiture électrique n’est pas faite pour sortir des villes ou départementales. La vitesse maximale est donc une question qui revient très fréquemment avant un achat. Notre Leaf est donnée pour 144 km/h maximum, mais pour les plus incrédules, si vous souhaitez faire un tour par l’Allemagne vous pourrez aisément dépasser cette vitesse (je ne peux pas vous donner plus de détails… mais c’est promis !).

Enfin je vous invite, si vous attendez un peu plus de détails sur cette Nissan Leaf 30 kWh millésime 2016, à lire le très bel article de Gabriel par ici.

Pour conclure sur ces quelques heures passées à bord, on peut dire que je ne suis pas du tout un fan de ce genre de voiture à la base, surtout avec un design aussi… particulier. Mais le plaisir que j’ai pris au volant à découvrir les sympathiques dénivelés Corse pourrait me faire changer d’avis. La pionnière des véhicules électriques offre un comportement sécurisant et dynamique, le tout dans un silence des plus confortables. Ajoutez à cela un tarif raisonnable (dès 23 100 € en Acenta 30 kWh, bonus de 6300 € déduit) par rapport à ses concurrentes directes et vous obtenez un savant mélange pour votre voiture du quotidien.

Et si vous doutiez encore de la fiabilité, le constructeur nous annonce que seulement 3 changements de batteries ont été effectués sur 230 000 véhicules vendus et plus de 9 clients sur 10 sont pleinement satisfaits. Ces derniers utilisant la voiture à la moindre occasion, et réalisant en moyenne 16 000 km par an contre 12 000 km habituellement.

Alors alors ? Prêt à sauter le pas ? Non ? Dites-moi tout, vous avez 4 heures.

[Backstage : Pour les sceptiques, promis une Leaf c’est étanche. Et accessoirement oui… il pleut en Corse.]

Je tiens à remercier Nissan France pour cette invitation.

Crédit photos et vidéos : Thomas D. (Fast Auto)