Selon le Wall Street Journal, Fiat aurait pris la décision d’assembler les Fiat 500 destinées aux USA dans l’usine de Toluca au Mexique où sont actuellement assemblés les PT Cruiser. Toujours selon les propos du très sérieux journal, Fiat aurait fait ce choix pour des raisons de coût de la main d’oeuvre mais aussi pour être un peu plus proche du MERCOSUR et des grands marchés de Fiat que sont le Brésil et l’Argentine.

fiat_500_20

Toutefois, il y a un gros « hic » et il se nomme UAW ( le puissant syndicat des travailleurs de l’automobile ausx USA ). Ce dernier étant un gros actionnaire de Chrysler LLc, il fait savoir qu’il n’est pas du tout d’accord avec cette décision car l’accord initial Fiat/Chrysler ne concernait que les USA et non le Mexique et ses travailleurs sous payés…

Ainsi le syndicat fait clairement savoir que d’après les accords initiaux, la production des 500, entre autres, devait être établie sur le sol américain et non dans les pays où le groupe Chrysler a des usines. Toujours selon le WSJ, il semble que ce soit le début d’un bras de fer avec le syndicat pour connaitre les lieux de production de la 500. Pour désamorcer le conflit naissant, il semble que Fiat propose l’assemblage des blocs moteurs « US version »dans une usine du Michigan, mais selon les représetants de l’UAW, cela ne suffit pas du tout.

fiat_500_05

Alors que l’on pensait l’affaire 500 clairement et rondement menée par Fiat, on constate que là aussi les problèmes surgissent alors que la puce italienne doit être le bras armé de la Fiat dans la conquête du marché US….Après la MiTo qui n’ira pas aux USA, la Milano qui prend du retard, la plateforme de la future Giulia qui semble ne pas faire du tout l’unanimité chez les alfistes européens ( avec un gros soucis pour Alfa à la clef ), on se dit que la fusion Fiat-Chrysler ne démarre pas sous les meilleurs hospices !

La reprise de Chrysler risque d’être pour Fiat tout sauf un long fleuve tranquille et…rentable. Une affaire économique à suivre.

Via WSJ.