Toute aussi hype que la Lincoln de 7.25 m, plus rare que la Classe S LWB, plus select que la XJ et plus économique que la BMW 750iL, il y a la très select Lada Konsul développée il y a une douzaine d’années sur la base de la Lada 110.

Cette Lada Konsul qui vous emmenera dans le luxe et le confort aux fameuses receptions de l’ambassadeur est donc une 110 rallongée de 68.5 cm dont 68.2 cm uniquement sur l’empattement et au seul bénéfice des passagers arrières. Cette Konsul mesure tout de même 4.95 m pour 1.70 m de large ! Un fort beau gabarit pour une auto née d’une petite berline destinée au prolétariat .

Dans la démarche d’Avtovaz de l’époque c’est à dire des année 1997-1998, cette lada Konsul était destinée aux dignitaires du pays ( qui, soit dit en passant, avaient déjà abandonné les ZIL ou les Volga pour les Mercedes, les Audi ou les BMW  ), aux stars de la défunte URSS, aux hommes d’affaires débutants et aussi aux hauts fonctionnaires issus de la nomenklatura soviétique et eltsinienne.

 A croire qu’en 1998, on n’avait pas senti le vent tourner chez Lada et qu’on rêvait encore des autos venues du grand capital mais faites à la manière soviétique. Vaste programme qui finalement n’ira pas bien loin car en 1998, la page de l’ère communiste se tourne pour de bon et les nouveaux riches russes préfèrent les allemandes aux Lada .

Pourtant chez Avtovaz, on semble croire à cette Konsul puisqu’on crée un atelier spécial destiné à la finition artisanale de l’auto. Aussi on dote la Lada Konsul de tout le luxe de l’époque c’est à dire qu’on équipe l’auto de vitres électriques, de sièges arrières individuels en cuir, de la climatisation, d’un frigo associé à un bar dans lequel on trouve des verres à vodka en cristal, d’un magnétoscope avec TV, d’une chaine Hifi et il y avait même une cloison fixe ou mobile pour séparer les passagers arrières du camarade chauffeur qui ne profitait pas de la climatisation ! Le luxe à la soviétique et la mise en commun des biens avaient des limites tout de même…

Pour faire bonne mesure cette Lada 21109 Konsul pouvait se voir équipée d’un blindage léger qui devait pas mal accroitre le poids de cette Lada qui pesait déjà 1.700 kg et qui n’était motorisée que par un moteur prolétaire de 1.5 L qui, grâce à une culasse multisoupapes, développait 94 chevaux . Un peu juste pour faire le poids face aux V8 ou L6 des marques allemandes qui développaient déjà à l’époque plus de 250 ou 300 chevaux sans forcer. La Lada Konsul était aussi un peu juste en terme de vitesse puisqu’elle atteignait péniblement 175 km/h en cinquième au terme d’un long élan ! Les suspensions étaient renforcées pour mieux supporter l’augmentation du poids de l’auto.

Les amateurs de luxe et de limousines de prestige apprécieront le fameux volant en bois intégral 3 branches né en France chez Stand21 ainsi que le pommeau de levier de vitesse assorti, les jantes alu au dessin personnalisable ou le fameux aileron de coffre inspiré de celui des R21 TXI ou 405 Mi16. Tant de chic et luxe chez une soviétique, c’est presque un crime de « lèse Capital » !

La Konsul malgré son équipement prestigieux, fournis et luxueux ne connaitra pas la gloire et la notoriété sauf auprès de quelques anciens commissaires de l’état qui officiaient au fin fond dela Sibérie ou dans les steppes d’Asie Centrales.

Au final, la voiture ne sera produite qu’à une douzaine d’exemplaires à cause d’un prix pas du tout populaire et une finition digne de ce que pouvait faire les anciens prisonniers du goulag pour marquer leur rebellion face à l’autorité centrale soviétique moscovite. Plastiques mal coupés, cuir mal cousu, isolation phonique légère, pannes multiples et surtout des présidents russes qui, malgré leur attachement aux productions nationales, ont toujours préféré les S600, les 760i ou les A8 V8 à cette Lada consulaire qui ferait encore sensation dans les soirées « hype et bobo » actuelles surtout si votre compagne possède une coiffure façon lionne et que vous avez à la main le fameux ballotins translucide rempli des non moins fameux Rochers de Ferrero… La Lada Konsul, élément indispensable d’un art de vivre devenu rare et presque oublié de tous puisque déjà désuet au moment du lancement de l’auto sur le marché russe en 1998 !

Et pour les amateurs de limousines, sachez que cette 21109 Konsul s’inscrit parfaitement dans la vie industrielle et productive de Lada puisqu’avant le Konsul, il y avait la Lada 2107 dite « Konela »  (du nom de son constructeur finlandais  ) et après la Konsul, Avtovaz a présenté le Lada Priora 2170 Limousine…une vraie dynastie !

Mais la Konsul reste tout de même un must car déguster une vodka fraiche assis au fond d’un siège en cuir mal cousu tout en visionnant une cassette avec « le cuirassé Potemkine » ou « Ivan le terrible  » sur un écran cathodique N&B 23 cm doit relever d’un chic et même d’un vrai art de vivre qui fera pleurer d’envie ceux qui voyagent à l’arrière d’une très classique Classe S ou d’une Phantom…

Via Avtovaz, Ladavas.be.tc.