Difficile d’y voir clair dans ce dossier qui mêle des cadres dirigeants de Renault, des espions professionnels, des secrets industriels qui finalment n’en sont plus ou pas, un ministre de l’industrie qui, une fois encore, joue le sensationnalisme, un patron de Renault qui minimise les fuites puisque les 200 brevets destinés au véhicules ZE du groupe Renault-Nissan ne sont finalement pas concernés, des salariés qui ont été jetés en pâture à la presse et à la vindicte populaire.Mais aussi des journaux étrangers qui ont enquêté depuis le début de la semaine et qui parlent tous d’un gros problème de désaccord au sujet de la stratégie du tout électrique de Carlos Ghosn et des opposants qui seraient ainsi muselés, des échanges de connaissnaces échangées entre les personnes concernées et des sous traitants, une piste chinoise envisageable mais qui pourrait faire long feu, un dépot de plainte qui ne vient pas et qui pourrait se faire seulement sous la pression du pouvoir qui veut son affaire et imposer son idée.

Un vrai embrouillamini dont on ne tire pas grand chose mais qui commence au fil des heures à laisser échapper ici et là des éléments au sujets desquels ont peut légitimement avoir des doutes. L’excellent dossier de Der Spiegel donne d’ailleurs un bel éclairage sur l’atmosphère qui règne chez Renault depuis des mois et sur les doutes de nombreux cadres au sujet du programme ZE devenu quasi prioritaire sur tout le reste ( NDLR : et on peut les comprendre ! ). D’ailleurs, le directeur du programme des voitures électriques attend d’être convoqué mardi au siège de renault s’expliquer mais surtout pour avoir des explications et il semble que ce soit la même chose pour les deux autres personnes concernées. Le directeur du programme ZE parle d’affaire kafkaienne et se dit abasourdi par les accusations d’espionnage.

Tout ceci est bien étrange car depuis cet été 2010, pourquoi avoir attendu 5 mois avant de prendre ses « fameux espions en cols blancs qui fricotent les méchants concurrents ».Sur une telle période, ce sont des milliers et des milliers d’octets de données qui aurait pu s’échapper…mais non rien, et au final nous apprenons de la bouche du patron de Renault qu’aucune donnée technique de premières importance n’a été volée et/ou vendue. Notre cher ministre qui a depuis ce samedi comme une sorte d’amnésie en ne sachant plus vraiment qui sont ces fameux chinois qui viennent voler les secrets de Renault, une DCRI qui n’est toujours pas saisie et finalement on apprend que certaines infos seraient en provenance de Nissan et même plus exactement de LC Chem, le fournisseur des batteries mais aussi de Better Place … on finit par nager dans le grand n’importe quoi qui ne vient de nul part et qui ne mène à rien sauf au discrédit des gens « impliqués » mais aussi de la marque qui n’a peut être pas besoin de ça en ce moment.

Etonnament les chinois ne sont plus si importants que ça, ils vont même très vite finir par disparaitre, j’en prends le pari, les échanges de valises contre des DVD d’infos, des clefs USB ou des disques durs ne vont plus exister tout comme les fumeux comptes bancaires planqués, comme d’hab, chez nos amis suisses ! Tout ceci sent le roman d’espionnage que l’on trouve dansdes livres que l’on dit de gare…

Reste une étrange ambiance et une idée qui fait son chemin autour d’un gros buzz à objectifs multiples :

-mauvais choix stratégique et commercial avec le tout ZE

-marché en difficulté et moyen de justifier des fermetures d’usines à venir

-Ghosn a t il trop joué avec l’électricité et ne risque t-il pas de s’électrocuter avec une affaire montée pour masquer d’autres problèmes

-pas de dépôt de plainte = affaire fausse

-interdiction faite au personnel de Renault de s’exprimer sur le sujet = crainte de révélations génantes

-« Rétropédalage » ministériel d’Eric Besson parce qu’embarras de l’état qui s’est précipité dans une affaire qui met le sensationnel avant le fond et la vérité et donc des conséquences politiques facheuses…

Nous pourrions en faire un catalogue mais ce sont les principales remarques ou hypothèses lues depuis deux ou trois jours et qui sont encore plus marquées à l’étranger ( Allemagne, UK, USA ) et il ne faut pas oublier que la Chine ne restera surement pas muette longtemps devant de telles accusations qui pourraient s’avérer fausses ! Quel est votre avis sur ce dossier épineux, dangereux et risqué pour Renault qui mêle l’état, le business, beaucoup d’argent ( surtout des aides de l’état et de la BCI ) et peut quelques dissentions entre dirigeants à moins que ça ne soit quelques petits mensonges entre amis !

Devant une telle affaire, un seul homme peut trouver la vérité et la solution, le fameux inspecteur Clouseau !

Via Bloomberg, Reuters, AFP, LaTribune, WSJ, LeMonde, LeParisien.