Nous l’avons découvert la semaine passée, le marché français a désormais très nettement pris une tendance « baissière » ( terme boursier et de BFM … ) et tous les constructeurs ou presque sont touchés par la situation. Hélas certains sont plus à la peine que d’autres par la faute d’une gamme en inadéquation avec le marché, un réseau mollasson et peu vivant, des offres inadaptées ( c’est assez rare en ce moment  ) ou une communication mal faite ou inexistante si ce n’est un désamour des clients et si tel est le cas, le mal est grave !

Commençons par les marques en forme, elles sont trois et elles si, au moins deux d’entre elles, ne sont pas représentatives du marché pour cause de petits volumes, les progressions n’en sont pas moins importantes. Ainsi nous découvrons l’excellente forme d’Infiniti et la tendance devrait s’accentuer avec l’arrivée des diesels mais il manque toutefois à la marque de voitures de luxe de Nissan un vrai réseau pour faire mieux, souhaitons que cela arrive dans les mois à venir. On notera aussi la bonne tenue de Mitsubishi qui poursuit avec un joli +80.7% du à l’ASX qui semble plaire. Enfin parmi les européens c’est Alfa Romeo qui s’en sort bien avec + 25.5% avec les bons scores de la Giulietta et le regain de forme de la MiTo ( la com plus présente doit y être pour quelque chose ! ). Du coté des perdants, on note Mazda avec un fort recul de -46.9% et Honda -45.1% du fait de l’absence de vraie communication et  c’est surtout, hélas, une marque qui est entrain de perdre une partie de son âme sur l’autel du greenwashing et d’une gamme peu avenante quand on sort de la Jazz et de l’inusable Civic… Mais le grand perdant du mois est suédois, c’est Saab qui chute de 60.3% soit un vrai choc qui est du à des retards pour la 9-5 mais aussi et toujours à des clients saabsites qui n’ont pas repris le chemin des concessions, à des tarifs un rien surestimés ( Saab n’est plus l’égal de BMW ou Audi dans l’esprit de la clientèle, acheter une Saab c’est de l’exotisme au même titre que d’aller faire du trekking dans les montagnes néo zélandaises ! ) et un réseau qu’il faut dynamiter et restructurer pour qu’il vende des autos surtout que 9-5 et la 9-3 sont désormais interessantes face à la concurrence …. triste avenir si Philippe van der Meulen ne fait rien !

Ci dessous le détail par marque avec quelques faits notables dont la bonne forme de Mini, de Kia, d’Alfa qui se replace dans le sillage de Skoda. Doit t-on noter les mauvais chiffres de Chrysler, Dodge et Jeep qui deviennent des marques quasi « anecdotiques » tout comme Lada, Ssangyong mais, nous le disions plus haut, aussi Saab qui n’a écoulé que 48 autos le mois dernier ce qui, au regard du nombre de concessionnaires dormants, doit faire un peu plus d’une demi auto par concessionnaire et pour le mois… ce n’est pas comme ça que la marque va survivre dans notre pays !

Aston Martin est tout de même parvenu à vendre 21 autos, ce qui est un joli score qui place la marque nettement devant Lotus, Maserati ou Lamborghini qui se contente de 3 livraisons… comme Cadillac qui s’enfonce encore et qui ne verra la lumière du marché que si d’autres concessionnaires sont mis en place parce qu’avec la structure actuelle du réseau, c’est une cause perdue .

Je laisse regarder ci dessous les chiffres de vente des modèles récents avec quelques faits notables comme la très bonne tenue du Duster, celle du Juke, du Meriva et de quelques autres autos que vous appréciez ou connaissez.

Oui, de belles déconvenues en ce mois d’octobre qui était un mois de salon de l’auto et qui devait, par habitude, être un mois assez fort même pour les plus fragiles et au final, on constate que c’est presque le contraire et ceux qui étaient fragiles le sont encore plus aujourd’hui et on peut donc légitimement avoir des craintes pour leurs positions en 2011 surtout si rien n’est fait en terme de communication ( bien sur on va dire que si on vend peu de voiture, on a peu d’argent donc un petit budget com, donc pas de pub, donc pas de ventes, etc… c’est l’histoire du chat qui se mord la queue qu’il faut stopper sous peine de voir des marques disparaitre de notre marché à courte échéance ! ). Un marché difficile demande de ne pas attendre le client mais d’aller le chercher, de se bouger, de faire savoir qu’on existe au delà du microcosme automobile et du net mais certains, surement des fatalistes, des traines savates ne font rien pour eux mais aussi pour les marques qui le leur rendent bien en ne faisant rien pour qu’ils aillent mieux. Et certaines marques méritent mieux qu’une place insignifiante sur le marché et ce ne sont pas nos articles, nos discussions sur le web qui changeront quelque chose à l’affaire si rien ou personne ne bouge. Et quand le temps de pleurer sera venu, il sera déjà trop tard, les clients seront partis chez les concurrents plus dynamiques….

Via Acea, Ccfa.