La voici enfin au naturel cette Lexus CT200h qui va devoir s’attaquer aux Audi A3 Sportback, BMW serie1, Mercedes Classe B, Alfa Giulietta et même la future DS4. Une voiture que vous découvrez ici en noir, sans fard et dans un environnement urbain.

Même si la teinte sombre lui sied mieux que le blanc de la version de lancement, on est face à une auto à l’apparence molle pour ne pas désuète avant même qu’elle ne soit sur le marché. Autant le concept car était séduisant autant le version définitive  est assez quelconque et je doute que la griffe Lexus l’aide beaucoup dans sa conquête du marché.

D’ailleurs il faudra que cette CT200h compte surtout sur sa technologie et sa finition plus que son apparence qui, de l’arrière, fait un étrange mix de la défunte Vel Satis ( embryon de coffre ) et de la IQ et à l’avant nous présente un pare choc spoiler massif et un peu torturé. Non, vraiment difficile de s’enthousiasmer devant une telle allure ce qui est regrettable sur un produit au demeurant novateur et de qualité.  

Pour le reste , nous sommes bien face à une compacte longue de 4.32m, large de 1.76 m et haute de 1.43 m soit sensiblement les dimensions d’une Mégane. L’empattement est de 2.60 m ce qui devrait lui assurer une bonne stabilité. La voiture est propulsée par un 1.8 L VVT-I associé à un moteur électrique et l’ensemble doit développer quelques 136 chevaux ( pas encore de puissance officielle  ) pour une consommation mixte moyenne d’environ 4.0 L/100 km. La transmission est assurée par une boite E-CVT ( boite à transmission continue ) à trois programmes à savoir : Eco, Normal, Sport .

L’énergie électrique est stockée dans des batteries de type Ni-mh qui vieillissent mieux que celles proposées par la concurrence. La CT200h devrait pouvoir circuler en mode tout électrique durant 2 kilomètres environ soit une performance équivalente à ce que propose déjà la Prius.

Une Lexus CT200h qui promettait beaucoup surtout dans l’optique d’une alternative face au « sacrosaint » diesel mais surtout une voiture qui devrait pâtir assez élevé et conforme au segment mais surtout d’un dessin mollasson et sans vrai attrait !

Via Lexus, ClubLexus.