Née en 1959 et développée sur la base de la Saab 93, la Saab 95 ( non ce n’est pas une 9-5 ) est un break familial puisque dès son lancement il est proposé à la clientèles en 2 portes mais avec 7 places. La Saab 95 apparait seulement quelques mois avant la disparition de sa génitrice, la 93 et dès 1960, elle calque son évolution sur celle de la nouvelle Saab 96 qui a pris la suite de la 93.  D’ailleurs pour sa première année de production, il ne sort des chaines que 40 exemplaires de la saab 95… ( chez Saab, les petits volumes de production on connait depuis longtemps ! 🙂  )

En 1959, la Saab 95 arrive sur le marché avec un bloc 3 cylindres 2 temps de 740 cm3 et 38 chevaux et BVM4, puis elle adoptera le L3 841 cm3 de 41 chevaux mais grande révolution saabiste en 1967 puisque la 95 comme la 96 adopte le moteur Ford V4 1.5 L ( 1598 cm3 ) emprunté à la Taunus ( 12M ) avec des puissances qui iront de 55 jusqu’à… 65 chevaux. Juste un p’tit truc, ce moteur V4 fera aussi le bonheur d’une voiture française mais en version 1.7 L ( Taunus 17M ) puisqu’on le retrouvera sous capot de la fameuse Matra M530. Le moteur V4 fera aussi carrière sous les capots des Saab Sonett 2 et 3 entre 1966 et 1974 en 1500 puis en 1700 pour des raisons de normes US mais toujours avec 65 chevaux…

 Mais au delà de ses 7 places et deux portes, ses moteurs L3 2 temps ou V4, cette suédoise orangée avait deux particularités qui concernaient la sécurité de l’auto. Elle possédait un système de freinage croisé, c’est à dire que la Saab 95 avait deux circuits de freinage, un qui s’occupait de la roue avant droite et arrière gauche et un qui avait en charge la roue arrière droite et celle de l’avant gauche… en plus, ce système à double circuit était sensé, selon les ingénieurs de Trollhättan, garantir un minimum de freinage à l’auto en cas de défaillance d’un des deux circuits. L’autre grande nouveauté de l’auto ( partagée avec la 96 ) était d’avoir une direction avec colonne déformable en cas de choc. Enfin sachez que les amis suédois avaient choisi de mettre 60% du poids sur l’avant afin de limiter la tendance naturelle de l’auto au dérapage et à la glissade ( que les nordiques volants pratiquent à merveille en rallye  ).

Sachez enfin que la voiture du pays des rennes et de leurs boulettes ( hum… la fameuse recette Ikéa ! ) perdra en 1976 sa porte arrière a deux ouvrants pour un plus traditionnel hayon et par la même occasion, la version 7 places avec siège arrière dos à la route disparait du catalogue Saab. La voiture quitte les chaines de production en 1978 après avoir été produite à 110.529 exemplaires en version 5pl,  7pl et Van ( marchés danois, suédois, norvégiens ). Après la 95, il faudra attendre le retour de la 9-5 Estate pour retrouver un break dans la gamme Saab. Souhaitons que pour la présentation officielle de la nouvelle 9-5 SW à Paris, Saab pensera à faire une petite place à cette charmante grand mère suédoise.

 La couverture du catalogue 1960 qui met en avant les capacités familiale de la 95.

Peu de vidéos de cette auto, mais pour les amteurs, voici quelques images filmées de ce break venu du pays du Père Noël …




Voilà un petit aperçu de l’ancêtre du grand break 9-5 SW que nous allons bientôt découvrir au salon de l’auto mais aussi et surtout sur nos routes.

Via Saabpédia, Saabunited, Cartype, Youtube,FlickR.