… mais toutes les chaines d’infos et de radios n’ont annoncé que les données brutes qui limite la casse à  -11.5% . Et ce n’est qu’un début quand on voit la baisse de fréquentation des concession, la chute des commandes et que dans 30 jours il y aura la diminution de la prime à la casse de 700 à 500€. Et étonnamment, ce mardi, pas de déclaration de notre « ami » et ministre Christian Estrosi. A t-il mieux à faire ce jour en sauvant, en paroles, une énième entreprise ou alors se rend t-il compte des bourdes qu’il a pu dire ces dernières semaines et dont nous avons déjà parlé.

En mai 2010, il se sera donc immatriculé ( et non vendu … ) 189.337 voitures en France soit une baisse de 16.1% en données comparables et avec le même nombre de jours ouvrables et « seulement » -11.5% en données brutes. L’an passé, ce sont quelques 210.442 voitures qui avaient été immatriculées en France soit une différence non négligeable de 21.105 autos sur le mois sans tenir compte des jours travaillés.

Du cotés des marques françaises, c’est PSA ( Peugeot et Citroën ) qui perd le plus avec une baisse de -13.9% pour Citroën et -12.3% pour Peugeot. Renault limite plutôt bien la casses avec seulement -1.7% de baisse et 41.130 voitures de livrées ( 41.851 en 2009 ). Encore un énorme coup de boost ce mois chez Dacia avec 10.258 voitures immatriculées contre 3.323 l’an dernier à la même période ( + 208% ) ce qui fait de la marque roumaine un acteur désormais important du marché français. Les gadins du mois sont à porter au crédit de Toyota  ( -45.5% ), Seat ( -30.8% ), Hyundai ( -31.5% ), Fiat ( -25.0% ). Mercedes , Opel, VW, Ford sont à peine mieux lotis avec des chutes des oscillent entre – 18 et -22% . Une marque ne s’en sort pas trop mal, c’est Nissan qui limite la casse avec seulement -3.5% et 3.578 autos immatriculées en mai et unseule amrque est dans le positif , c’est BMW avec + 5.9%  et 4.925 autos mais cela n’empêche tout de même pas la chute de Mini puisque le groupe est au global à -4.0% en mai 2010. Pour ce qui est des autres marques, le bilan est presque moins mauvais avec une perte de seulement 14.4% par rapport à mai 2009.

Voilà en tout cas, la tendance amorcée et conforme à ce que je vous disais depuis plusieurs mois au regard de ce que l’on constate sur le terrain depuis le début d’année. Et ce n’est que le début d’une période pénible qui devrait s’accroitre au fil des mois et surtout au second semestre 2010. Le meilleur est désormais dérrière  ( sauf pour Dacia ) et il va falloir prendre les bonnes décisions pour éviter de voir le marché s’effondrer avec les conséquences que l’on imagine pour le secteur et l’emploi. C’est pas gagné !

Via CCFA.