Cet après-midi de Grand-Prix marqué par un doublé des monoplaces McLaren, est aussi l’occasion de se rappeler que le domaine d’activité des usines de Woking ne se limite pas à la Formule 1. De ces mêmes bâtiments est également sortie celle qui fût la reine des Supercars pendant plus d’une décénie : la F1 (celle de route cette fois)… Et c’est cette semaine que l’on célèbrait les 20 ans de la naissance du projet.

McLaren F1

En 1990, après avoir excellé pendant plusieurs saisons en F1 avec une écurie comptant des pilotes aussi illustres que Prost ou Senna, Ron Dennis a besoin d’un nouveau défi. Il réunit donc une équipe d’ingénieurs, dont Gordon Murray, et attaque la mise au point de « la meilleure automobile sportive que le monde ait jamais vu ».

Ce cahier des charges simple et exigeant se concretisera sous les traits d’une auto capable d’abbatre le 0 à 100 km/h en 3s et d’atteindre 386 km/h. Ces performances complètement inédites à la sortie de la F1, sont obtenues grace aux 627 chevaux issus d’un V12 BMW (dérivé du M70 que j’évoquais ici), mais aussi grace à une maitrise parfaite du chassis et une structure monocoque en fibre de carbone aussi légère que rigide. Le package de cette supercar est tellement fascinant (portes papillon, conducteur en position central…) qu’il mériterait un article à lui seul.

McLaren F1 LM & GT

La fête se devait donc d’être à la hauteur de celle que l’on célèbrait, réunissant pour l’occasion certains des propriétaires passés et présents de la petite centaine d’exemplaires produits. Des invités potentiellement prestigieux puisque McLaren a eu en son temps pour clients Jay Leno, Wyclef Jean, Rowan Atkinson, Nick Mason, Ralph Lauren, Eric Clapton et Michael Schumacher.

Les voitures n’étaient pas en reste non plus avec 21 McLaren F1 de compétition (la F1 a également un palmarès impressionant) et de route présentes pour l’évenement. Une jolie opération de communication alors que l’échéance du lancement de la nouvelle berlinette à V8 central – la MP4-12C – se rapproche. Une auto à suivre tant elle promet d’être une féroce rivale de la Ferrari 458.

Pour finir, je vous propose deux liens:

Richard Hammond (Top Gear), nous prouve qu’il aura vraiment fallu attendre la Bugatti Veyron (et près de 15 années) pour dépasser les performances de la F1.

– Et pour les plus car geek, la présentation complète de la future MP4-12C.

Via Autoblog.com