La W125, l’une des plus grandes et des plus belles Mercedes de Grand Prix, nait en début 1937 de la volonté de Rudolf  Uhlenhaut de créer une auto de course performante, belle afin d’affirmer la supériorité de Mercedes en grand prix ( à l’image de ce qui se fait en Allemagne à la même époque ) et d’effacer l’affront fait aux W25 de 1936.

Une belle allure que celle de la W125 qui est construite autour d’une structure tubulaire en nickel chrome mobdylène qui repose sur des roues avant indépendantes et un essieu arrière de type De Dion ( bien connu des alfistes !  ). Bien évidemment la carrosserie des Silver Arrows est faite d’aluminium comme chez Auto Union.  La voiture est motorisée par un moteur de type M25, un L8 de 5.7 L ( 5.662.85 cm3 ) qui délivre aux environs de 570 à 595 chevaux à 5.800 trs/min selon les évolutions et les circuits. Le gros L8  est aidé par un compresseur Roots qui permet l’obtention d’un couple moteur important puisque la W125 dispose de 857 Nm de couple.

La W125 est une auto légère puisqu’elle ne pèse que 750kg ( dont 220 kg rien que pour le L8 ). La transmission est assurée par une BVM4 non synchronisée. La W125 fonctionne non pas à l’essence mais avec un étonnant mélange qui mixe 40% d’alcool de méthyl, 32% de benzène, 24% d’alcool éthylique et 4% d’essence légère et tout ça pour un meilleur rendement et une plus grande performance mécanique.

La voiture débute en compétiton en mai 1937 au GP de Tripoli qu’elle remporte devant les rivales de l’époque, les Auto Union qui avaient laminée les W25 durant la saison 1936. La W125  fera des miracles en 1937 aux mains de Rudolf Caracciola ou de Manfred von Brauchitsch et remporte le Championnat européen de Grand Prix ( l’ancêtre du championnat de F1 ) après des coups d’éclats à l’Avus ( Berlin ) et ses deux interminables lignes droites de plus de 9 km, à Spa, à Donington, à Livourne et à Monaco. Deux W125 coururent aussi aux USA en Coupe Vanderbilt mais la voiture ne fera qu’une saison car la réglementation changeait pour la saison 1938 et la W125 cède la place à la W154 à moteur V12 3.0 L compressé. Pour info, sachez que les W125 sur l’Avus dépassait les 300 km/h dans les lignes droites.

Aussi pour retrouver cette mythique auto de course, je vous propose un tour du grand Nürburgring, non pas en 1937 ou 1938  mais en 1962 pour une publicité du pétrolier Shell. Si vous voulez profiter d’une belle auto sur un beau circuit, c’est par ici.

Une belle auto et une belle vidéo très années 60. A quand une Mercedes F1 2010 sur le grand Ring ? Ce serait pourtant un joli coup de com.

Via Motorblog, Ultimatecarpage, Shiney, inimoto, Youtube,Mercedes.