p90240493_highres_mini-cooper-s-countr

On pourrait la croire arrivée depuis plus longtemps que ça, mais il ne s’agit là que de la seconde version de la Mini Countryman, lancée en 2010 et restylée en 2014. Il s’agit par ailleurs du modèle le moins « Mini » de la marque car il est présent pour concurrencer le marché des compacts premium.

Nous voici donc face à la toute nouvelle Mini Countryman, seconde du nom. Celle-ci, on le constate aisément, se baroudise quelque peu. L’ancienne avait déjà un coté 4×4 des villes assumé, c’est décuplé sur cette nouvelle génération. De plus, les formes très rondes de Mini commencent ici à se tasser, notamment avec l’allongement de la silhouette et l’écrasement des feux.  Si elle vous semble plus grande, ce n’est pas qu’une impression car elle prend pas moins de 20 centimètres en longueur. L’empattement est ainsi revu de 7,5 centimètres à la hausse et même la largeur augmente de 3 centimètres. De fait, c’est tout au bénéfice de l’habitabilité car on voit apparaître une troisième vraie place à l’arrière et le coffre passe de 370 l à 450 l. Le gain avec banquette rabattue atteint même 220 l. A noter que les sièges arrières sont tous trois indépendants, rabattables, inclinables et peuvent être avancés jusque 13 centimètres. De quoi vouloir bien plus souvent voyager à l’arrière.

p90240660_highres_the-new-mini-country

Coté habitacle, rien de bien nouveau comparé à la nouvelle Mini qui a déjà initié les nouveaux tableau de bord, mais on notera cependant deux choses. Tout d’abord, Mini inaugure un écran tactile au niveau de la contrôle centrale. Calvaire digital pour certains et accessoire pratique indispensable pour d’autres, ça se discute. Ensuite Mini inaugure également à bord de sa Countryman, le compteur MINI Country. Il s’agit d’une fonctionnalité qui enregistre les trajets parcourus sur des terrains inclinés, accidentés, des chemins de terre ainsi que des routes et parcours enneigés. Cela permet ensuite au conducteur de visualiser son trajet en terme de déclivité, de temps et d’intensité. OK ça ne sert pas à grand chose mais avouons-le, nous sommes tous de grands enfants et c’est plutôt amusant. On ajoutera deux autres petites nouveautés sur cette Mini Countryman que sont le Picnic Bench qui, en option, permet d’avoir deux assises qui sortent de l’espace bagage: parfait pour un petit pique nique comme son nom l’indique et en option également l’ouverture électrique des portes arrières.

p90240679_highres_the-new-mini-country

Au niveau des motorisations, la Mini Countryman sera lancée avec une nouvelle génération de moteur TwinPower Turbo. Ainsi elle sera disponible soit en essence (Cooper de 136 chevaux et Cooper S de 192 chevaux), soit en diesel Cooper D (150 chevaux) et Cooper SD (190 chevaux). Une première chez Mini, la Countryman va inaugurer une version hybride avec un moteur électrique de 88 chevaux accouplé au moteur thermique de la Cooper. Le tout cumulé donne alors une puissance de 224 chevaux. L’autonomie annoncée en tout électrique est de 40 kilomètre et la vitesse maximale est de 125km/h. Chaque moteur peut être associé à une boite manuelle 6 vitesses ou alors à la boite Steptronic 6 rapports. Sur la Cooper S et Cooper D la Steptronic 8 vitesses est disponible en option alors qu’elle est de série sur la Cooper SD. Toutes les motorisations peuvent aussi recevoir les quatre roues motrices et le châssis dynamique.

p90240569_highres_mini-cooper-s-countr

La nouvelle Mini Countryman entrera en scène le 18 novembre 2016 au Los Angeles Auto Show. Le lancement sur le marché européen aura lieu en février 2017 et à partir du mois de mars 2017 elle partira à la conquête des routes et chemins hors d’Europe. Les prix démarreront à 26 900€ pour la version Cooper mais pourra atteindre 37 400€ pour la version Cooper SD, associé aux quatre roues motrices.

Qu’en penser ? De notre point de vu, aucune très grosse nouveauté d’annoncée sur le plan technique. Notons tout de même l’arrivée d’une motorisation hybride chez Mini ce qui n’est pas une petite chose et plutôt bienvenu. En revanche en terme de style il est vrai qu’il y a une nette amélioration avec un allongement de la silhouette qui profite aussi et surtout à l’habitabilité et au coffre. Enfin, on a un côté baroudeur totalement assumé et qui n’est pas que stylistique puisqu’on a la possibilité d’opter pour quatre roues motrices, de quoi avoir une voiture qui convient à tout usage, même tracter de fortes charges.

Source : Mini