L’offre en matière de monospace s’effiloche de plus en plus. Un des derniers résistants cède la place à un SUV urbain : l’Opel Crossland X.

Fin de la partie pour l’Opel Meriva. Celui qui a quasiment inventé le monospace compact urbain tire sa révérence et sera remplacé, signe des temps, par un SUV, le Crossland X. Opel déroule ainsi sa gamme X, après le rafraîchissement et le changement de nom du Mokka X. Par rapport à ce dernier, le Crossland X est 7 cm plus court avec 4,21 m, ce qui permet à Opel de proposer deux véhicules sur le même segment B (et même trois avec la plus conventionnelle Corsa). La différence du Crossland X se fera avec un positionnement plus « familial urbain », le Mokka X étant plus « baroudeur » et « sportif », notamment avec une transmission intégrale absente du Crossland. En bon langage marketing, Opel classe le Crossland X dans la catégorie des CUV (Crossover Utility Vehicule). La différence est ténue, il faut bien avouer…

Du point de vue design, mélangez un peu tout ce que vous avez pu voir chez Opel dernièrement et vous aurez le Crossland X : pavillon flottant contrasté surligné de chrome, calandre à moustaches de Mokka et flancs très nervurés de l’Insignia Grand Sport. Le résultat est somme toute agréable, même si le format SUV ne permet pas d’échapper à des lourdeurs sur les 3/4 avant et 3/4 arrière. Cette dernière vue donne lui d’ailleurs un faux air de monospace. Opel recourt aux traditionnels artifices des designers pour minimiser visuellement la hauteur des flancs : de très larges protections sont placées sur les bas de caisse. Et pour perpétuer l’esprit SUV CUV, les passages de roues sont protégés, tandis que les boucliers avant et arrières disposent de simili sabots de protection anti-dévers. Tout pour le look, bien sûr, n’espérez pas réaliser de franchissements avec le Crossland X !

L’habitacle et la planche de bord sont très épurés, avec une très bonne intégration de l’écran multimédia de 8 pouces. Tout en gris et noir, l’ambiance est très sérieuse, voire même un peu tristounette, il faut bien le dire. Restons sur la technologie embarquée avec la présence d’Apple CarPlay et d’Android Auto, ainsi que d’un hotspot wifi 4G à bord. La panoplie sécuritaire embarque des projecteurs tout LED adaptatifs, un affichage tête haute, le maintient dans la file, alerte collision, etc.. Presque du classique pour tout nouveau modèle (on se demande encore comment on pouvait conduire avant…).

Le Crossland X reprend une petite partie de la modularité qui a fait le succès du Meriva : la banquette arrière est coulissante sur 150 mm et peut bien sûr se rabattre par tranche 2/3-1/3. Le dossier de la place centrale peut se rabattre indépendamment pour offrir une trappe à ski, un accoudoir central et des porte gobelets. Le volume de coffre oscillera entre 410 et 520 litres, ce qui est très généreux pour la catégorie (le Mokka X est à 356 litres seulement, en étant plus long).

Du point de vue motorisation, c’est PSA qui fournira tous les blocs. L’offre essence sera représentée par le PureTech 1.2 en versions 80, 110 et 130 ch et les diesel par les 1,6 litre en 100 et 120 ch. Pas de transmission intégrale sur l’ensemble de l’offre.

Le Crossland X (qui partage ses dessous avec le futur Citroën C3 Picasso) sera en vente aux environs du mois de juin. Il sera suivi à la rentrée par un autre acteur de la gamme X : le Grandland X, sur une base commune avec le Peugeot 5008.

Crédits photos : Opel