Voilà une sportive qui se démarque de ce que l’on peut trouver sur le marché des grandes sportives. Un look qui hésite entre la voiture « baroque », la Batmobile et le coupé spatial, une face avant qui rapelle celle de la raie Manta, des lignes pas faciles à suivre ou à apprécier et un empattement qui semble un peu court, voilà la nouvelle création de Don Panoz qui va tacher, avec cette auto, de faire oublier l’Esperante et son bruit si particulier.

Cette Abruzzi ne sera produite qu’à 81 exemplaires et utilisera pour sa carrosserie et une partie de sa structure le REAMS ( Recyclable Energy Absorbing Matrix System ), un nouveau matériaux qui est entièrement issu de produits recyclés, qui est recyclable, presque incassable, peu sensible aux bosses, moins lourd que la fibre de carbone tout en étant au moins aussi résistant et rigide( mais vraiment beaucoup plus cher  ) . L’Abruzzi sera motorisée par un moteur V8 ( le LS9  de la Corvette  ) qui délivre au moins 600 chevaux et 800 Nm de couple pour des performances de haut niveau qui permettront aussi d’envisager de pouvoir faire de la compétition avec ce coupé. Ce moteur sera associé à un nouveau système de refroidissement appelé Trifectacooling qui prévoit deux ou trois petits radiateurs judicieusement placés et moins énergivores tout en étant plus efficaces que les système que nous connaissons.

Don Panoz explique que les 81 voitures ne seront pas livrées aux USA mais au Mans sur le Bugatti et que tous les nouveaux propriétaires d’une Panoz Abruzzi  » Spirit of Le Mans » auront droit à une journée de stage de pilotage particulier sur le circuit manceau, un tour de circuit avant le course  ainsi qu’à un accès VIP au 24H du Mans.

Pour écouter Don Panoz parler de son Abruzzi, c’est par ici.

http://www.youtube.com/watch?v=3kmCvqs40Fs

Voilà les premier éléments de ce nouveau coupé américain qui sera vendu aux USA mais aussi en Europe, en Asie, au Moyen Orient et en Russie. Enfin vous me demanderez  pourquoi 81 exemplaires de cette Abruzzi et pas 75 ou 94, simplement parce que cela correspond au nombre de fois que s’est couru l’épreuve mancelle depuis sa création en 1913 jusqu’à 2013, date de la commercialisation de l’auto.  A revoir.

Via Panoz.