Après Renault, c’est au tour de PSA de passer par la case réduction des effectifs. Ainsi le site d’Aulnay sous bois poursuit la suppression des poste et des contrats destinés aux intérimaires. Ils étaient 800 à la rentrée, 500 sont partis en octobre et 280 sont sur le point de quitter le site PSA d’Aulnay sous bois dans les 15 jours à venir. Il ne devrait donc rester en décembre qu’une vingtaine d’intérimaires sur le site… soit probablement ce qu’on appelle en gestion industrielle le « stock tampon »….

Cette mesure concerne les ateliers et ce sont les ouvriers des services soudure, maintenance, retouche , contrôle qualité qui sont concernés par la mesure . Il semble que le succès mitigé de la nouvelle Citroën C3 et sa relative mévente soit au coeur du problème puisque du coté de Poissy où l’on fabrique les DS3, en plein boum sur le marché européen, les cadences n’ont pas chuté bien au contraire !

A Aulnay, depuis octobre les équipes de nuit ont été supprimées alors que dans le même temps la production de C3 diminuait de 33% environ ( 1024 ex/jour à 684 ex /jour ) et ladirection du groupe et celle du site estime qu’aujourd’hui le site est en sureffectif, il est donc venu le moment de faire des coupes parmi les salariés d’Aulnay !

Le représentant de la CGT estime qu’avec cette situation, la direction de PSA ne respecte pas du tout les accords passés avec l’état lorsque celui ci avait débloqué des aides de plusieurs milliards au plus fort de la crise. La contrepartie était le maintien des emploi pour une durée au moins égale au double de la période couverte par la convention signée avec l’état français ainsi, par exemple sur le site d’Aulnay la convention stipulait que ce délai signé par les deux parties devait courir jusqu’au 31/12/2011… Avec un accord rompu avec 14 mois d’avance, nous en sommes hélas bien loin !

La direction de PSA  jouant sur les mots, conteste les propos et ne veut parler que de départs volontaires et de mobilité interne ( pour les salariés qui pourront changer de lieu de travail ) et estime que tout cela est conforme au texte signé ! Le porte parole de PSA insiste bien sur le fait que ces « départ volontaires » sont tous mis en place avec des mesures d’accompagnement mais il semble que du coté des syndicats on ne l’entende pas de la même oreille et on met en avant un climat d’incertitude face à l’avenir et on parle d’un climat sous tension sur le site d’Aulnay sous bois.