Ce mardi 21 février 2017 marque la vraie renaissance de Renault Sport Formula One Team en tant que constructeur à part entière en F1. Car à bien y regarder, la saison 2016 était une transition suite au rachat tardif de Lotus à la toute fin de 2015, empêchant le développement d’une voiture 100% Renault.

Le nom de la nouvelle Formule 1 (R.S. 17) est évocateur : associant les mots Renault et Sport avec une nouvelle identité visuelle qui reprend cependant le double losange historique. La monoplace se révèle dans une livrée jaune sur l’avant et noire derrière le pilote arborant le numéro 30. Nous reviendrons sur son aérodynamique.
Les défis proposés à Renault sont importants : oublier une saison 2016 décevante, fabriquer une nouvelle voiture, intégrer un nouveau pilote sans oublier le départ surprise de Fréderic Vasseur et suivre l’évolution du règlement technique portant sur l’aérodynamique.

Cyril Abiteboule dévoile l’objectif de cette saison s’inscrivant dans la lignée du projet Renault Sport 2020, à savoir une ambitieuse 5ème place au championnat constructeurs. Cela peut paraître facile ; rappelons que la saison 2016 s’est soldée par une modeste neuvième place. L’objectif 2017 place donc Renault en lutte avec McLaren et Force India…
Le projet de Renault est ambitieux et la signature de Nico Hulkenberg, pilote talentueux et expérimenté en provenance de cette écurie, en atteste. Le vainqueur des 24 Heures du Mans 2015 aimerait enfin grimper sur un podium qui lui échappe depuis ses débuts en F1 sous ses nouvelles couleurs jaunes. La continuité sera assurée par Jolyon Palmer qui entamera sa deuxième saison en F1 et la complémentarité avec son copilote sera intéressante à suivre au cours de la saison. Enfin, Sergey Sirotkin est confirmé a son poste de pilote essayeur.

La Formule 1 est clairement entrée dans l’ère post Bernie Ecclestone, celui qui avait bâti la F1 moderne au cours des dernières décennies. En effet, la Formule 1 a été cédée au groupe américain Liberty Media. Chase Carey en est le président, mais surtout Ross Brawn fait son retour dans la discipline reine en tant que directeur technique et sportif : il aura pour mission de redonner ses lettres de noblesse au spectacle et rapprocher la F1 de ses fans. On pourrait même voir les effets de cette révolution dès cette année car le règlement technique côté aérodynamique évolue de manière spectaculaire. Pour résumer : tout s’élargit (châssis, ailerons, pneumatiques), le poids augmente. L’appui augmente de 30%, générant des vitesses de passage en courbes nettement supérieures. Les effets attendus sont un gain de 4/5 secondes au tour ! Tablons plutôt sur 3 en début de saison. Enfin, Renault pourra compter sur la possibilité nouvellement offerte de développer son moteur librement au cours de la saison.

Renault en profitera-t-il ? Nous aurons les premiers éléments de réponse avec le début des essais le 27 février à Barcelone. Gageons que les 40 années de présence quasi-ininterrompue du losange en F1, le projet et la structure mise en place renforçant les liens entre Enstone et Viry et pouvant compter sur l’expertise d’Alain Prost dans un rôle de conseiller spécial permettront aux jaunes de sereinement affronter ce nouveau défi.

Merci à Renault Sport pour l’invitation

Crédits photos : Philippe Mathieu