Ce dimanche d’avril s’annonçait ensoleillé, presque estival. Il nous fallait choisir une activité familiale permettant de profiter du temps sans pour autant contraindre Madame et les enfants à patienter, attendant que Papa chasse l’automobile de luxe à Paris. Une visite au point de rassemblement du Rallye d’Aumale (3ème édition) s’est donc imposée.

Nettement moins couru qu’un autre événement de Chantilly, dont la 4ème édition aura lieu mi septembre, le rallye d’Aumale se veut être un rassemblement chic mais pas guindé. Le camp de base est établi au Polo Club de Chantilly, le plus grand centre dédié à ce sport en France. Plusieurs avantages à cette localisation : de grandes pelouses pour le parking des visiteurs et l’exposition des participants, des démonstrations de polo pour tous et le bénéfice des installations adjacentes pour se restaurer et se détendre.

J’avoue être arrivé sur place sans aucune idée du plateau ou de l’organisation précise de la journée. Ma seule certitude : pique-nique familial et amical en attendant les concurrents, quelques photos par-ci par-là, allier passion automobile et moments dominicaux bien entouré.

Nous sommes donc accueillis par un parking (gratuit) et quelques autos déjà présentes telles les Porsche 906, 356 Speedster et Boxster Spyder : plutôt encourageant notamment pour cette dernière qui représente peut être l’archétype de la voiture plaisir à prix (relativement) raisonnable.

Le weekend a commencé la veille pour quelques participants avec une session circuit. La journée du dimanche est consacrée à un rallye dans le nord parisien en 2 versions : plus soft typé promenade ou plus ardu, typé challenge avec check-points. L’inscription est fixée à 200€ (tout compris, petit-déjeuner et panier pique-nique) ce qui paraît fort raisonnable pour ce que l’on a pu apercevoir de la prestation d’ensemble.

Les enfants courent sur la pelouse, montent à cheval, admirent un match de polo, dorment à l’ombre d’un panneau. Les adultes déambulent dans le classique village d’exposants entre panama (le chapeau, pas les combines d’évasion fiscale), œuvres d’art et offres de séjours sur le thème de l’automobile.

Pendant ce temps, Papa trépigne un peu en attendant les concurrents : n’y aura-t-il que des Triumph Spitfire ou quelques McLaren P1 ? Après le traditionnel retard de 2 heures par rapport au programme indicatif des organisateurs (sic), les premiers équipages rejoignent le Polo Club. Les Porsche 356 sont en force (5 ou 6 voitures). Quand on connaît la valeur actuelle du modèle, il est plutôt agréable d’en voir toujours autant participer à ce type d’événement. Les anciennes sont prépondérantes avec en théorie 75% des engagés.

Les Françaises ne sont pas en reste avec un bel éclectisme, y compris sur les parkings avec ce rarissime Renault Spider en version pare-brise rouge ! Avouez que cela change du jaune. Alpine, Renault et Facel Vega passent presque pour courantes à côté de cette spécification.

Côté prestige des anciennes, les amateurs ont également de quoi rassasier leur appétit avec notamment cette Aston Martin DB2, quelques Jaguar d’un beau vert so british ainsi que cette Maserati Merak so 70’s.

Pour ceux nés après 1980, Ferrari place quelques modèles sympathiques sans pour autant nous proposer une version limitée ou suffisamment notable pour faire faire des bons aux amateurs parisiens blasés. Ceci étant dit, je serais bien reparti avec la F430 Spider en jaune, roues argentées, plaque challenge.

Et ça continue sous un soleil de plomb, les premières rougeurs de l’année s’annoncent. On notera cette rare version R du Porsche Cayman (un GTS avant l’heure dans sa philosophie). La DeLorean fait toujours son petit effet ou la puissance absolue du cinéma dans l’imaginaire collectif.

Les concurrents ont l’air ravi d’arriver après leur périple de 120 km et se dirigent désormais vers le concours d’élégance qui doit clôturer la journée. Les organisateurs semblent un peu débordés sous l’afflux des équipages et des visiteurs venus nombreux : le tout petit carrefour est largement encombré à la grande surprise des quelques badauds en goguette.

Madame, les enfants et les amis ont apprécié leur journée, Papa a pu prendre des photos de jolies voitures, tout le monde repart ravi en croisant une Aston Martin DB4 un peu un retard le long du parc du Château de Chantilly. Le rallye d’Aumale n’est pas un sommet de rencontre automobile mais le plateau reste très acceptable et à même de convenir à tous. Pensez-y pour l’année prochaine : l’événement est compatible avec la vie de famille!

Crédit photos : Pierre Clémence