courbe décroissante

 

 

 Beaucoup pensaient que grâce à l’alliance conclue avec Fiat en mai dernier, les choses allaient s’arranger pour la marque d’Auburn Hill, la vérité qu’elle soit financière, managériale ou commerciale est bien loin de cette image que l’on pourrait croire venue d’Epinal….

On passera sur les soucis liés aux banques et aux créanciers divers et variés de l’ancienne entreprise Chrysler, on oubliera les nouveaux problèmes avec l’UAW et la répartition des nouveaux centres de production et on se concentrera sur le marché US et surtout sur la vision de Chrysler par les clients. Selon une enquête réalisée par Corporate Research International, on constate tout d’abord que la très mauvaise image de la marque Chrysler est un frein réel aux ventes potientelles et à venir de véhicules neufs. On apprend que dans l’esprit des consommateurs automobiles américains, la marque a une image négative liée à son ancienne politique commerciale, à ses véhicules dépassés, pas adaptés et très mal finis ou peu fiable.

Ainsi on voit que Chrysler ne représente, seulement en terme d’image, plus grand chose pour les américains et encore moins si on compare la marque aux deux autres ex-membres des Big Three, qui eux sont sur une pente ascendante depuis le printemps dernier pour GM et depuis l’automne 2008 pour Ford ( le fait que l’entreprise n’ait pas fait appel à l’argent public y est surement pour quelque chose, mais le renouvellement rapide de la gamme en vente aux USA y est aussi pour une partie ). Dans l’enquête d’opinion réalisée par CRI, on apprend que, seulement 23% des américains envisageraient parmi leur prochain choix de voiture, une Chrysler. A coté, on note que GM et particulièrement Chevrolet atteint 40% et Ford est au dessus de 41% , toujours selon CRI les intentions d’envisager une Ford ou une Chevy dans les choix possibles augmentent de semaine en semaine, pas pour une Chrysler, hélas ! Dans cette première approche, les consommateurs américains envisagent à plus de 54% une auto étrangère dans leur choix et là aussi le chiffre ne fait que croitre.

Selon Mike Malett, CEO de Corporate Research International, cela montre que les bouleversements qui ont eu lieu aux USA depuis 18-24 mois ont une vraie influence sur la façon dont les américains perçoivent l’automobile et vis à vis de Chrysler, cela est négatif dans environ 75% des cas …pas rien pour une marque qui cherche un nouveau souffle et qui ne survivra que si l’alliance avec Fiat est convaincante et efficace. Et Mike Malett d’ajouter que malgré la très forte crise dans le secteur automobile, les américains sont toujours acheteurs de voitures mais qu’ils ont changé de manière évidente leurs priorités et que désormais, le fait que la voiture soit fabriquée par une marque US importe peu voir pas du tout, et de continuer en sous entendant que les américains ne sont pas vraiment attachés à une marque américaine pour leur choix. Ainsi ils préfèrent faire attention au prix, à la consommation, à la fiabilité et aux équipements performants…ce qui laisse entendre que si les Chrysler ne changent pas très vite et de façon importante, la marque pourrait voir ses parts de marché encore plus réduites à l’avenir ! Pas très encourageant tout cela, d’autant qu’on ne sait pas vraiment quel sera l’accueil qui sera réservé à la 500, à la Milano car si l’on en juge par les dires sur les forums, les sites économico-financiers liés à l’automobile, il n’ y a qu’une petite clientèle qui puisse être interessée par l’achat des jolies italiennes et « étonnamment » les premières études la situe surtout dans le Nord-Est des USA et un petit peu en Floride ou en Californie..pas de quoi faire vivre des usines aux USA, mais juste le nécessaire pour écouler la totalité de la production Fiat-Alfa destinée aux USA.

On lit aussi dans l’étude qu’il y a au moins deux fois plus de chance pour qu’un américain achète une Ford ou une voiture de GM qu’une Chrysler et trois fois plus de chance pour que l’acheteur choisisse une voiture étrangère. A lire tout cela, on se dit que Chrysler est face à un rude challenge et que, pour changer l’image du groupe, il va falloir faire fort surtout s’il faut regagner des parts de marché et c’est loin d’être gagné. Reste qu’avec des voitures dépassées, gourmandes, mal finies et peu fiables, les gens de chez Fiat ont du pain sur la planche et pour longtemps s’ils veulent arriver à quelques résultats.

N’oublions pas que Daimler n’est arrivé à rien avec le groupe américain, que Renault ne fit pas mieux auparavant tout comme Simca ….Souhaitons au moins que Fiat s’en sorte, le groupe italien et son dynamisme le mérite amplement.

Pour informations, la voiture du groupe Chrysler la plus vendue est le gros pick up Dodge RAM et que la marque du groupe à laquelle sont le plus attachés les américains est Jeep ( voir les bons chiffres de vente de la Wrangler ). Pas de Viper, pas de Chrysler, pas de 300C, pas de Voyager, par contre toujours selon l’étude, la voiture Chrysler la plus en phase avec la conjoncture et les attentes est…le PT Cruiser soit le véhicule le plus ancien de la marque et développé sous le « règne » de Daimler !

Via CRI.