2017-infiniti-q60-001-1

Les constructeurs japonais sont décidemment en forme sur le créneau des coupés haut de gamme, car voici la nouvelle Infiniti Q60 dans sa version finale.

Après la Lexus LC 500, voici encore un coupé nippon à Détroit. Diable, sont-ce donc là les seules nouveautés de ce salon ? Hum…. non, pas les seules, mais peut être les plus intéressantes, du moins de notre point de vue. Plusieurs nouveautés dignes d’intérêt avaient en effet déjà été annoncées ou avaient fuité (Mercedes Classe E, Volvo S90) et les énièmes pick up ou SUV destinés essentiellement au marché américain n’éveillent que peu notre fibre automobile européenne.

Pour revenir à cette Q60, elle reprend très fidèlement les lignes du concept-car éponyme présenté à Détroit il y a tout juste un an. Tout au plus a-t-elle gagné des vrais rétroviseurs et perdu son éclairage fantaisiste. Il reste donc une ligne plutôt agréable et fluide, à la calandre hypertrophiée (comme une certaine Lexus… et ah, tiens, les photos presse montrent aussi un exemplaire rouge). Certains traits stylistiques font immanquablement penser à certaines productions bavaroises (non, pas la bière ou les shorts en cuir, mais plutôt les BMW). Le petit trait de chrome sur le montant arrière rappelle furieusement le pli Hoffmeister, alors que les air breathers chromés sur l’aile avant sont connus eux aussi. Mais le résultat final est vraiment plaisant, bien plus que ce que à quoi je m’attendais. La couleur peut-être, allez savoir.

Motorisation : V6 biturbo de 300 ou 400 chevaux, mais aussi un 4 cylindres turbo de 208 chevaux, le tout asservi exclusivement à une boîte automatique à 7 rapports et à une transmission intégrale intelligente, capable de passer du mode propulsion seul à une répartition 50/50 selon les besoins. La Q60 est aussi équipée de suspensions et d’une direction adaptatives permettant de s’adapter à son style de conduite, chose devenue courante sur les coupés premium germaniques.

L’intérieur est sobre et élégant, mais sans grande innovation. Plus typé Grand Tourisme que Sport. Pas de cockpit virtuel ou de cadrans LCD. De bonnes vieilles aiguilles à la place. Ah si, un petit quelque chose d’amusant, mais un peu déplacé ici : un écran fait office d’accéléromètre. Dans une Nissan GTR, je ne dis pas, mais ici, non, sans façon.

Sous une carrosserie plutôt spectaculaire, la Q60 est somme toute assez classique dans sa présentation intérieure comme dans ses choix techniques. Verrons-nous ce joli coupé de notre côté de l’Atlantique ? Pas d’annonce en ce sens pour l’instant, mais il aurait fort à faire contre une concurrence aiguisée, BMW Série 4 ou Mercedes Classe C Coupé notamment (l’Audi A5 devant être renouvelée en 2016). Infiniti cherche à progresser commercialement en Europe, notamment avec la nouvelle Q30, alors pourquoi pas un coupé premium en porte-étendard ?

Crédits photos : Infiniti