Troisième et dernière partie de notre trilogie consacrée au salon de Genève. Au menu : du sport, du chrome et de la frime.

  • Bugatti Chiron, la reine superlative du salon, Madame Plus : la plus chère, la plus puissante, la plus grosse conso. La plus belle ? A vous de voir.

_UMP1216

  • Lamborghini LP 770-4 Centenaire : La Centenario est le dernier modèle présenté par Stephan Winkelmann avant son départ. Grande outrance du design qui tourne un peu un rond chez Lambo pour leurs versions « extrêmes ».

_UMP0513

  • Aston Martin DB11 : enfin du neuf pour Aston Martin. Le design évolue (un peu), mais la base technique change radicalement : toujours un V12, mais biturbo, et l’électronique de bord est toute nouvelle

_UMP0912

  • Ferrari GTC4Lusso : un Salon de Genève sans nouvelle Ferrari c’est impensable. La GTC4Lusso révise en douceur la presque familiale FF

_UMP0685

  • Porsche 911R : une GT3 RS sans fioritures, sans chichi, en boîte manuelle et avec un look un peu rétro… Je me retiens de ne pas foncer chez Porsche ! Ah, le prix peut-être…

_UMP1426

  • Italdesign GTZero : mi-rétro par son design et sa couleur et mi futuriste par sa motorisation et son aménagement intérieur. Italdesign se remet enfin à faire des voitures sympathiques à regarder !

_UMP2054

  • Opel GT : le plus beau concept du salon. Frais, léger, original, compact, on le veut !

_UMP1876

Et pour finir : ce que j’appelle la catégorie « attrape couillons » : les beaux supercars improbables, sortis de nulle part, vous promettant 800, 1000, 2000 ch ! Toujours plus de carbone, de turbo, de cuir et de performances extrêmes (et même des moteurs électriques !). La plupart ne survivront guère que quelques printemps, en ayant vendu au mieux que deux ou trois exemplaires de leur machine. Certaines sont hélas des marques méritoires qui tentent de renaître de leurs cendres, telles que Spyker ou Gumpert (rebaptisé Apollo au passage), mais le marché est bien difficile et concurrentiel. A celles-là au moins je souhaite mes bons voeux de réussite et ils ne méritent pas vraiment le titre dont je le affuble. Certaines solutions techniques développées par d’autres sont cependant des plus innovantes, mais faute d’avoir fait leur preuve, je reste des plus sceptique. On peut ainsi citer les Nanoflowcell Quant FE ou Quantino (et leur technologie de pile à combustible alimentée par des fluides ioniques, lire ici) ou encore la Techrules GT96 et ses batteries alimentées par turbine promettant plus de 8000 Nm de couple ( !!! ). Intéressant si ça fonctionne vraiment, mais ça reste à prouver, et à industrialiser.

La palme de l’attrape couillon de l’année revient quand même au britannique Arash qui propose un « machin » tout clinquant, l’AF10, nanti d’une puissance délirante de plus de 2000 ch pour un prix dépassant les 1,5 M€ et dont les performances supposées sont au final quasi identiques à celles d’une bonne vieille Porsche 911 Turbo S, qui vous coûtera sept fois moins cher pour une toute autre fiabilité. Les goûts et les couleurs…

Voilà, Genève 2016 c’est fini, ou presque (le salon se termine le 13 mars). Nous vous proposons un peu de douceur avant de reprendre le cours normal de vos activités. Un grand merci à Ugo pour toutes les photos qui ont illustré cette série d’articles.

_UMP2521-Modifier

Crédits photos : Ugo Missana