Les chiffres sont tombés hier et pour la première fois, le nombre des morts sur la route passe sous la barre des 4000 décès/an ce qui fait encore 11 morts par jour sur les routes françaises. Néanmoins hier lors de l’annonce des chiffres, Brice Hortefeux, ministre de l’interieur se félicitait de ce résultat obtenu grâce à la politique mise en place qui hélas passe par… le tout répressif ( Mme Mme Périchon de la Ligue contre la Violence routière en convenait en disant :  » Nous voulons seulement que la loi soit appliquée. Il faut de la fermeté, pas de la répression »  ).

Ce nouveau recul du nombre de mort sur la route ( 9eme année de suite  ) de 6.5% correspond à environ 300 vies de sauvées sur les routes françaises par rapport à l’année 2009 qui avait vu les chiffres stagner par rapport à ceux de 2008. Notant qu’en 10 ans la France a vu le nombre de morts sur la route divisé par deux puisqu’en 2001, il y avait 8.437 décès par an. Même si cette baisse n’est pas suffisante aux yeux de certains « intégriste » du tout sécuritaire sur la route ( 0 mort est qq chose d’inenvisageable sauf à interdire le moindre déplacement en dehors de chez soi; pour s’en convaincre il suffit pour cela de se replonger dans les archives et les chiffres du début du XX eme siècle pour voir qu’aujourd’hui nous faisons beaucoup avec beaucoup d’autos sur la route et beaucoup plus de kilomètres parcourus par chacun ) .

Au chapitre des chiffres annoncés par le ministre d’état, on note la baisse du nombre des blessés de 13.1% et un chiffre qui passe sous la barre des 80.000 puisque le nombre officiel est de 79.056. Le ministre a aussi mis en avant la baisse plus significative du nombre de décès chez les utilisateurs de 2 roues à moteurs puisque la baisse atteint 20% chez les motards et 12.5% chez les utilisateurs de mobylettes et de scooters. Ainsi après 1.144 décès en 2009, 2010, n’a compté que 941 morts sur des engins motorisés à deux roues. Chantal Perichon a tout de mis les pieds dans le plat hier en mettant en avant que les français avaient moins circulé en 2010 à cause des conditions climatiques, ce qui doit être vrai, elle aurait pu aussi ajouter « en raison du budget automobile qui devient exorbitant dans la vie des familles ».

Nous ne sommes pas encore encore aux 3.000 morts en 2012 annoncés il y a quelques années par le chef de l’état mais la tendance est tout de même amorcée et on ne peut que s’en féliciter. Brice Hortefeux  a choisi de mettre la pression puisqu’il est déterminé à poursuivre et même amplifier ces résultats 2010 et la direction choisie est claire : Les chiffres de 2010 sont le fait de la politique volontariste de prévention et de sécurité routière et en 2011 la priorité c’est la défense absolue de la vie sur les routes et la tolérance zéro pour les délinquants routiers ! Délinquance, répression, condamnation mais aussi relâchement du coté du permis à points avec le récent débat sur la loi Loppsi 2 et la récupération plus rapide d’un point ! Loppsi étant indirectement une loi pré élection qui ne dit pas son nom et qui va dans le sens de l’électeur qui est aussi un conducteur. C.Perrichon dit craindre un relâchement de la part des conducteurs et une nouvelle hausse des chiffres des accidents, des blessés et des morts sur la route dans les mois qui viennent, ce qui reste toutefois à vérifier car les fameux « délinquants » ne sont pas si nombreux que ça quand on sait que plus des 3/4 des chauffeurs ont encore leurs 12 points.

Reste aussi à l’état à ne pas faire de l’automobiliste une vache à lait surexploitée grâce à ses fameux radars ( + 500 cette année ) mais aussi à faire de la formation, de la prévention mais aussi à faire, peut être, un peu plus la chasse aux comportements dangereux et au non respect des règles autres que la vitesse ( alcoolémie, drogues, ligne blanche, priorité, clignotant, queue de poisson, 100 km/h sur la file de gauche, etc… ), aux conducteurs sans permis ( qui font le bonheur des concessionnaires-loueurs de VSP ) qui circulent de plus en plus nombreux sur les routes avec tous les risques que cela comporte en cas d’incident ou d’accident.

Pour 2011, on peut souhaiter que la poursuite de cette baisse de la mortalité routière et pour parvenir à cela, le ministre a sa recette : de la tolérance zéro, quelques 500 radars et une grosse cuillères de peur du gendarme ! »… Pas sur que ce soit l’idéal.

Via AFP, JDD, LeParisien.