Citroën retrouve des couleurs et sort enfin des nouveaux produits. Après une pétillante petite C3, voici le probable futur carton de la marque aux chevrons  : le C5 Aircross.

Et commençons tout de suite par la mauvaise nouvelle : si le C5 Aircross sera commercialisé (et produit) en Chine dès la fin de l’année 2017, il faudra attendre encore un an pour le voir débarquer en Europe, soit à la rentrée 2018. C’est looooong…. D’autant plus que le concept Aircross (tout court, sans C5) a été présenté il y a pile deux ans à Shanghai. Trois ans en tout pour avoir la joie de crapahuter à son bord.

Citroën a décidément bien besoin d’un véhicule à gros volume, et comme de juste, c’est un SUV, nouvel étendard de la voiture mondiale. Le C5 Aircross, basé sur la très réussie plate-forme EMP2 du groupe PSA va donc venir titiller les cadors du secteur que sont le cousin 3008, le Tiguan ou autres Kadjar. Gros point fort de différenciation : le style. Vous aurez beau dire « ouais mais bon encore un gros SUV, c’est naze », vous n’aurez pas tout à fait tort. Bah oui, c’est un SUV, mais en reprenant très fidèlement les lignes du concept, le C5 Aircross gagne un côté « joufflu » sympathique qui caractérise bien le style Citroën du moment et le rend sympathique. Quand le 3008 se la joue « agressif stylé » et que le DS7 Crossback est le beau gosse consensuel des beaux quartiers, c’est bien de voir un peu de fraîcheur sur le créneau. La face avant reprend la répartition de l’éclairage sur 3 étages, vue depuis le C4 Cactus. Affûtée juste ce qu’il faut, elle se fait remarquer par ses entrées d’air à bordures contrastées. C’est de profil que le design prend tout son sens avec un ceinture de caisse haute et des vitrages plutôt réduits. Un jonc chromé fait le tour de ce vitrage, en omettant volontairement la custode (qui est bien vitrée !). Les airbumps sont toujours là, et reprennent la forme plus discrètes déjà vue sur la C3, avec là encore un insert contrasté. Le pavillon est comme suspendu, venant chapeauter la cellule habitable.

La face arrière est un peu moins recherchée, même si de très beaux feux feux arrières à effet 3D sont présents. Sans surprise, tout l’attirail d’un bon SUV est présent : protection des passages de roues, barres de toit, et boucliers enveloppants.

Techniquement, les modèles qui seront vendus en France ne sont pas encore définis.. On peut cependant sans trop se tromper prévoir les Puretech 1.2 en définition 130 ch et peut être aussi le nouveau 156 ch, ainsi que les THP 165 et 200 ch. Les transmission seront assurées par des BVM 6 rapports et une automatique EAT6 (ou EAT8, qui ferait du bien, l’EAT6 tirant un poil trop long). Le diesel verra des BlueHDi en variantes 130 et 180 ch. Quant à l’hybride, c’est un peu confus. La Chine accueillera une version motorisée de la sorte en 2019, avec un 1.6 THP de 200 ch et 2 moteurs électriques (un à l’avant, l’autre à l’arrière, pour 300 ch au total). Ce sera d’ailleurs la seule version à 4 roues motrices, toutes les autres étant de simples tractions. Pour l’Europe, la définition de l’hybride n’est pas finalisée, mais il semblerait qu’un seul moteur électrique soit installé, à l’avant.

Le C5 Aircross est un peu plus gros qu’un 3008 : 4,5 m de long pour un empattement de 2,73 m, mais le coffre a priori plus petit avec 482 litres (contre 520). Le C5 Aircross sera le premier modèle de la marque à recevoir des nouveaux amortisseurs à butées hydrauliques qui, sans remplacer les fameuses suspensions hydrauliques, devraient apporter un toucher et un confort particuliers. Enfin, si il ne bénéficiera pas d’une transmission intégrale, il pourra recevoir, comme le cousin sochalien, un contrôleur de motricité Grip Control.

L’habitacle reprend plusieurs éléments du 3008 dont l’instrumentation totalement numérique, plusieurs interrupteurs et commandes, le levier de boîte, le vide poche central, etc… Citroën apporte quand même sa petite patte perso avec des aérateurs assez originaux et un choix de teintes et matières distinctif. La panoplie complète des équipements vus les 3008 et 5008 sera bien sûr de la partie avec les régulateurs adaptatifs, GPS 3D, feux de route automatiques, etc… Il manque peut être un affichage tête haute, non nécessaire sur le 3008 et son i-Cockpit.

L’attente sera longue pour avoir ce C5 Aircross chez nous, mais c’est pour la bonne cause : sa production est prévue à l’usine de Rennes. Nous aurons bien d’autres occasions de vous reparler de ce SUV et de son look bien à lui.

Crédits photos/vidéos : Citroën