Non, le Rodius ne remplacera pas l’Espace et non, le Kyron ne prendra pas la place du Koléos dans la gamme du constructeur français ! Renault-Nissan vient de faire savoir que le groupe renonçait à faire une offre de reprise du constructeur sud coréen Ssangyong Motor.

Renault n’a pas fait d’offre car selon une source proche du dossier le prix demandé était bien trop élevé. Ainsi après l’analyse des opportunités et des résultats de Ssangyong, Renault-Nissan-Samsung Motors ont pris la décision de suivre d’autres chemins et d’utiliser d’autres moyens pour poursuivre leur développement en Corée du Sud et en Asie.

Pour rappel, 5 entreprises avaient été selectionnées ( Renault-Nissan-Samsung, Seoul Invest, Daewoo Bus, Mahindra & Mahindra et PK Ruia ) mais ce jour , Seoul Invest s’est aussi retiré du projet pour cause de l’endettement trop important de Ssangyong. Sous administration judiciaire depuis fin décembre 2009 Ssangyong attend désormais la décision finale pour voir de quoi sera fait son avenir mais il semble que le constructeur indien Mahindra & Mahindra tienne la corde avec une offre de 400 millions de dollars. Pour rappel Ssangyong, c’est 2% du marché sud coréen mais la marque est très bien implantée en Asie et dans le Pacifique, au Moyen Orient, en Afrique sub saharienne et en Afrique du Sud. Reste quand même un endettement qui s’éleve à plu s de 480 millions d’euros ce qui n’est pas rien vue l’importance du constructeur. Mais un porte parole de Saansgyong fait quand même remarquer que les ventes de la marque ont bondi de 235% par rapport à 2009 et que les pertes ont reculé de 90% au premier trimestre fiscal 2010 par rapport à 2009.

Reste maintenant à patienter jusqu’à la décision judiciaire qui devrait intervenir à la fin de ce mois d’août. Et nous retrouverons Ssangyong au Mondial de Paris avec la présentation de son nouveau SUV, le C200 ( qui pourrait reprendre le nom de Korando ). A suivre donc.

Via AFP, BFMEco.