Parce que la Tchécoslovaquie ne se résumait pas à un hermelín pané accompagné d’une bouteille de Kofola, l’heure est venue de mettre en valeur une autre spécificité de la région : la limousine V8 à moteur arrière. Après vous avoir narré les charmes de la T87, c’est au tour la Tatra T603 de faire l’objet d’un billet. Sortez vos vinyles de Plastic People of the Universe et branchez-vous sur Radio Free Europe, c’est parti.

Tatra jouit d’une position assez spéciale dans le Bloc de l’Est, c’est en effet, un des rares constructeurs autorisé à construire des voitures de luxe bien que la production de poids lourds ait constamment été priorisée. Inutile de dire que les débouchés commerciaux étaient limités : les dignitaires russes envisageant difficilement de rouler dans une voiture d’un de leurs satellites. Quant au peuple de Bohème et de Moravie, il avait le privilège de pouvoir rouler en Škoda… Quand il n’était pas piéton. Dans les faits, Moscou avait « gentiment suggéré » à Tatra de ne plus produire de limousines. Mais lassés de la médiocrité des produits russes et des délais difficilement acceptables, les dirigeants tchécoslovaques finirent par autoriser Tatra à développer de nouvelles voitures. Les ingénieurs n’attendaient que ça et se sont lâchés. Au printemps 68, les tchécoslovaques ont voulu prendre d’autres initiatives… Finalement, il valait mieux s’en tenir aux voitures pour ne pas gêner Moscou (et encore, le Comecon a instauré des quotas).

Dès 1952, le développement d’une remplaçante de la T87 commence dans le secret, l’équipe travaillant officiellement sur un bus. Le feu vert gouvernemental est donné l’année suivante et la voiture démarre sa carrière en 1956. Au programme ? Une carrosserie aérodynamique, un V8 refroidi par air en porte à faux arrière, trois optiques regroupées sous une verrière et un design délicieusement particulier issu de l’équipe de Bratislava, plus en phase avec l’architecture de Nový Most que de celle de Petržalka : la T603 en impose. Comme toute voiture de l’Est qui se respecte, sa carrière sera longue. Produite à Koprivnice à 20 422 exemplaires jusqu’en 1975, la T603 aura droit à deux restylages avant d’être remplacée par la T613, d’allure plus conventionnelle (rassurez-vous le moteur reste à sa place, tout comme pour la T700, dernière de la lignée).

Sous le capot arrière, trône un V8 de 2500ccm développant 95 ch et propulsant la voiture jusqu’à 160 km/h, bien aidé par un Cx de 0,36. Un chauffage auxiliaire permet de garder l’habitacle au chaud moteur éteint, tandis qu’une trappe sous le pare-chocs avant permettait de loger la roue de secours. Pourquoi faire comme tout le monde ? La voiture est remaniée une première fois en 1962 (T603/2) et présente une face avant à 4 optiques, un nouveau tableau de bord ainsi qu’un moteur plus puissant développant 105 chevaux. En septembre 1968, après l’euphorie des réformes de Dubček et la douche froide soviétique, apparaît la T603/3, arborant des phares moins rapprochés, des pare-chocs redessinés et des freins à disque. Cette version est la plus répandue des trois. Une étude baptisée T603X avec une carrosserie plus moderne ne verra finalement pas le jour. La T613 signée par Vignale lui succède. Un exemplaire est d’ailleurs visible sur le tarmac de l’aéroport de Bratislava.

Bien entendu, la T603 a connu une carrière assez discrète vis-à-vis de la clientèle qui était du bon côté du Rideau de Fer : en dehors de quelques ambassades et d’un dictateur barbu toujours fidèle à son poste, la voiture n’aura pas beaucoup été exportée. Quand on pense que le réseau Poch préférait distribuer des Tavria ou des Aleko…  Sur son marché intérieur, les apparatchiks et la Štátna bezpečnosť (police d’état tchécoslovaque) furent de bons clients.

A l’étranger, la voiture faisait des apparitions dans divers rallyes (un peu comme si on engageait de nos jours une Rolls Royce Ghost en compétition). La T603 a notamment couru les Alpenfahrt, Rallye de Monaco et Tour de Belgique. Le moteur était poussé à 150 chevaux pour l’occasion. Etrangement, le cinéma ne s’est pas tellement emparé de la voiture. On notera tout juste une apparition dans un bon vieux clip de Placebo… C’était il ya 10 ans, je passais le BAC.

La T603 c’est enfin une voiture si décalée et « industriellement neutre » (la marque a cessé la production de VP en 1998 avec l’arrêt de la T700) que Faurecia s’en est servi de concept car, baptisé Premium Attitude et présenté en 2007 au salon de Los Angeles (ironie du sort pour un véhicule communiste). Les équipementiers créent rarement de show cars ; revisiter une voiture de la sorte semble même être une première. Au passage, ne cherchez plus le moteur sur cette version : il est remplacé par un autre compartiment à bagages. Je vous laisse avec la vidéo :

Via Wikipedia, Faurecia, une galerie Flickr et Tatra Demon