Project_Cars_logo_20_01Annoncé depuis 2012, Project Cars n’a cessé de nous éblouir avec ces fabuleux teasers annonçant des graphismes ravageurs largement au dessus de ce que peux proposer la concurrence, mais le jeu final sera-t-il à la hauteur de ces teasers ?

Le voilà sorti ! Enfin, il n’a cessé d’être repoussé mais le voilà bel et bien ! Que vaut-il ? Voici mon petit debrief :

Tout d’abord il faut comprendre que Project Cars est un jeu de simulation, tout, mais tout est réglable, aussi bien les options de véhicules que les options d’affichages, en passant par le très très complet paramétrage d’une course. Vous voulez débuter avec un départ lancé, placé 3 ème, 10 concurrents et une météo qui s’empire au fur et à mesure de la course ? C’est possible ! Supérieur à un Gran Turismo ou Forza Motorsport, il reste moins simulation qu’un Assetto Corsa.

Visuellement c’est très beau, mais sans surprise, la qualité des teasers restent inaccessible. Les différentes vue proposées sont bien synchronisée avec l’ambiance sonore et la vue casque est très appréciable, le décors se floute en fonction de la vitesse, des virages et des différents facteurs pouvant venir interférer avec notre vision.

Avec 65 véhicules, Project Cars est plus pauvre que ces concurrents, mais chaque véhicule possède une identité plus forte que dans ceux ci. En outre, des DLC sont annoncées afin d’ajouter du contenu supplémentaire. On trouve aussi 30 circuits disponibles, avec les grands classiques, SPA, Nürburging et j’en passe, en passant par des circuits inédit à l’image d’une portion de route réelle du sud de la France.

L’IA est cependant le talon d’Achille du jeu, entre les concurrents suivant la même ligne de trajectoire ou les adversaires non indulgents d’un tête à queue, vous fonçant dedans explosant votre bolide de toutes part, l’IA reste à améliorer, peut être dans de prochaines mises à jours.

Le mode carrière n’a pas un grand intérêt, rien ne nous tient à cette carrière et l’on préférera aller en multijoueurs ou à se paramétrer une course solo digne d’un grand prix.

Pour résumer, ce jeu est très bon et va vite s’installer comme un incontournable. Malgré les points faibles, il reste très prenant et est, aujourd’hui, la pointe de la combinaison graphisme/simulation, en attendant la réponse prochaine de Forza Motorsport 6 et de Gran Turismo 7…