Tom Walkinshaw nous a quitté ce dimanche 12 décembre 2010, à l’âge de 64 ans. L’écossais luttait depuis dès années contre un cancer.  Ancien pilote de voitures de tourismes, il avait gagné à deux reprises les 24h de Spa Francorchamps en 1981 sur Mazda RX7, puis en 1984 sur Jaguar XJS. Il était aussi le créateur l’équipe de course Tom Walkinshaw Racing, alias TWR, qui se distingua notamment en endurance avec Jaguar.

Alors qu’il est encore pilote en championnat européen de voitures de tourismes ainsi qu’en endurance, Walkinshaw crée en 1975 TWR, une structure orientée vers la préparation et l’engagement de voitures en course. Après avoir dirigé le programme BTCC pour Jaguar, TWR atteint vite son apogée en étant chargé de l’engagement officiel en championnat du monde de sport prototype pour la même marque. Après deux victoires aux 24h du Mans en 1988 et 1990, et deux titres de champion du monde de sport prototype en 1987 et 1988, Walkinshaw déniche un jeune ingénieur qui monte, un certain Ross Brawn, en tant que directeur technique de l’écurie. Cet engagement est plus que bénéfique pour TWR, puisque la Jaguar XJR-14 redevient championne du monde en 1991, malgré la domination récente de Mercedes. Ce même châssis, toujours préparé par TWR, passera ensuite entre les mains de Mazda puis de Porsche.

Pendant l’été 1991, Tom Walkinshaw est recruté par Flavio Briatore pour devenir le directeur de l’ingénierie de l’écurie Benetton, en Formule 1. Il embarque avec lui Ross Brawn, qui devient directeur technique. Le patron de TWR fait alors un travail de fond très important dans l’écurie, en réorganisant une partie de l’équipe, et en contribuant au recrutement du futur septuple champion du monde, Michael Schumacher. Il contribue donc aux deux premiers titres du pilote allemand en 1994 et 1995, ainsi qu’au titre constructeur de Benetton en 1995.

Briatore rachète l’écurie Ligier en 1994, afin de récupérer le moteur Renault pour l’écurie Benetton. Il confie les rênes à Walkinshaw pour la saison 1995, le but étant de permettre à TWR de racheter l’écurie à l’intersaison. Mais la volonté de déplacer l’écurie en Angleterre provoque une très grande controverse dans le milieu médiatique français, ce qui empêche le Britannique de réaliser son projet. Il rejoint alors l’écurie Arrows dès 1996, et rachète très vite la majorité des parts de l’écurie : Walkinshaw est enfin propriétaire d’une écurie de Formule 1 !  Ayant de grandes ambitions, il frappe un grand coup en 1997 en engagent le champion du monde en titre, Damon Hill et en faisant d’Arrows l’écurie de développement du manufacturier Bridgestone. Malheureusement pour le fondateur de TWR, les résultats ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. Arrows ne peut pas suivre dans la course à l’armement en Formule 1, où les budgets explosent : dès début 1999, Walkinshaw doit céder une grande partie de ses parts, et ne garde que 25% de l’écurie. Mais l’équipe ne survit que très peu de temps : en 2002, l’équipe ne prend part qu’à 11 courses et est mis en liquidation judiciaire. TWR et ses différentes installations subiront le même sort. L’aventure F1 se termine ici pour Walkinshaw.

Mais la passion de la course de Walkinshaw ne s’éteint pas pour autant. Il met sur pied une nouvelle structure, Walkinshaw Performance, qui s’occupe des Holden officielles en V8 Supercar.

C’est un grand nom du sport automobile qui nous a quitté ce dimanche.

Via grandprix.com, seriouswheels, Holden