Pekin, oubliez la quasi carte postale faite de vélos, de motos 125 cm3  et de centaines de milliers de gens à pieds… Place à la surpopulation automobile puisqu’actuellement 4.8 millions de voitures sont immatriculées dans la capitale chinoise soit 750.000 autos de plus en 2010 qu’en 2009 ( Pekin représente un tiers de notre marché quand il est en forme ! ), mais le gouvernement a décidé de prendre le taureau par les cornes puisqu’en 2011 seules 240.000 voitures pourront être immatriculées dans la ville et les plaques seront attribuées par tirage au sort !

Pour les automobilistes venant des autres provinces chinoises, il faudra en 2011 obtenir un permis de conduire particulier pour circuler dans la ville et les prix des places de parking vont être sérieusement augmentés pour les non pekinois. On apprend aussi qu’entre 2006 et fin 2010, le nombre de voitures enregistrées dans la ville est passé de 2.6 millions à plus de 4.8 millions ( au 31/10/2010 ). Cet engouement pour la voiture fait l’importance du marché automobile chinois qui agit actuellement sur les constructeurs autos tel le miel sur les mouches… mais cela n’est pas du goût des autorités chinoises qui veulent diminuer la pollution et remettre bon ordre dans ce grand embouteillage quotidien et permanent .

Le premier à en faire les frais est le Haut responsable à la circulation automobile dans Pekin qui vient de remettre sa démission au gouvernement et qui s’est vu promu vice président de la très lointaine province du Xinjiang soit la région la plus éloignée de la capitale chinoise ( +3200 km ) qui est coincée entre le Kazakhstan et la Mongolie… Si ça c’est pas de la promotion-sanction, ça y ressemble drôlement.

Reste que selon les analystes chinois et occidentaux, cette diminution des immatriculations de 66% devrait avoir un impact en 2011 sur le marché puisque Pekin représente en 2010 plus de 7% des immatriculations en Chine et certains craignent que ce mouvement ne se poursuive dans certaines autres grandes villes du pays. La dernière raison de cette reprise en main ferme et autoritaire de la gestion de la circulation à Pekin a aussi pour but de réduire la pollution automobile car, selon une étude IBM d’il y a quelques mois, les villes de Mexico et Pekin sont les pires villes du monde en matière d’embouteillage et de pollution. Et les vélos sont de moins en moins les biens venus sur les grandes artères de la mégalopole.

Aussi pour illustrer mon propos, voici une vidéo nocturne de Pekin la nuit. C’est très artistique, étonnant, vous compterez les vélos sur les doigts d’une main et pour les amateurs, c’est réalisé au Canon 7D sur une musique des Fatboy Slim.

Via RFi, Romandie.com, Viméo, NathanMauger.