C’est la proposition sur laquelle travaille actuellement la fameuse Commission Européenne. Effectivement on apprend via l’agence Reuters que nos chères têtes pensantes bruxelloises envisageraient très sérieusement d’imposer à tous les véhicules utilitaires de moins de 3.5 tonnes, un limiteur de vitesse reglé sur la graduation 120 km/h.

Cette étape serait, selon le porte parole de cette commission, la suite logique, de ce qui existe déjà sur les camions, les autocars, les autobus et les semi remorques. Par ailleurs, on nous explique qu’une telle mesure serait extrêmement bénéfique pour notre sécurité sur la route, pour la qualité de l’air en entrainant une réduction notable des émissions de CO2 dans l’air  ( mais à la Commission, on oublie toutes les autres émissions … ). Ce fameux « limiteur 120 km/h » serait imposé aux constructeurs et monté dès l’usine et non installé en mode post fabrication par un spécialiste en électronique embarquée ! Le projet avance doucement sous l’influence des différents lobbies anti voiture, pro vertitude, qui voudraient dans un futur un peu plus lointain imposer un système identique sur nos autos ( avec les fameux mouchards ! )… Les amis de Mme Perrichon font un travail de fond qui pourrait hélas payer et empiéter sur notre libre arbitre ou encore une partie de nos libertés au nom de notre bien être, de notre protection, de notre sécurité mais aussi de notre surveillance ! L’affaire avance donc à petit pas dans les bureaux de Bruxelles mais les gens de la commissions doivent y aller avec beaucoup de finesse  ( et donc beaucoup de temps ) car une telle mesure est impopulaire et pourrait ennuyer nos gouvernants ou les mettre en difficulté dans une période faite déjà, tous les jours ou presque, de restrictions. Enfin il semble que les constructeurs européens, grands producteurs de VU fassent de plus en plus pression en mettant notamment dans la balance le limiteur versus les limitations de CO2  en 2014 et de possibles délocalisations. Une rude bataille pourrait s’engager dans les mois ou années qui viennent mais si l’on regarde le nombre d’élections importantes qui s’annoncent dans les « grands » pays européens, on peut se dire qu’un tel projet prendra encore quelques années, ouf… pour l’instant !

Via Reuters, Bildzeitung.