Partenaire depuis plusieurs années du Concours d’Elégance de la Villa d’Este, BMW y dévoile régulièrement des concepts cars. Celui de cette année annonce la nouvelle Série 8.

On va faire simple : BMW, tu ne changes rien à ce concept, sauf les feux arrières et les fanons de calandre et c’est bon tu as un hit !

Allez, ressaisissons nous et regardons cet concept avec un œil plus critique. Le coupé BMW Série 6 n’est plus, et ne va pas forcément beaucoup manquer. Ventes assez confidentielles pour ce grand coupé dont le principal défaut était un certain manque de personnalité. Grand, élégant mais sans vraie saveur (avis personnel). Pour le remplacer, BMW va faire renaître une appellation mythique pour les plus âgés d’entre nous : la série 8. Gros coupé puissant grand tourisme, il avait vraiment une gueule folle.

Ce nouveau concept, très proche de la série, va perpétuer la lignée. Long, effilé, il semble tout droit sorti de la planche à dessin (ou de la Wacom Cintiq) de Chris Bangle, auteur des décriées Série 5 E60 ou Série 6 E63, entre autres. Des voitures de caractères, promptes à déclencher la polémique. Et polémique, il y en aura, car tout n’est pas forcément parfait ici. Outre la calandre aux haricots hypertrophiés, j’émets aussi quelques réserves sur les entrées d’air et les extracteurs surdimensionnés.

Mais ayons confiance en l’avenir et en BMW pour revoir ces petits détails ! L’Air Breather, sortie d’air des passages de roues avant est ici assez sobre, sans habillage de chrome, contrairement aux dernières productions de série du bavarois. Et l’on retrouve certaines formes dignes du Flame Surfacing du fameux Bangle. Quant à la seule trace de chrome présente sur le profil, on jurerait voir… une Aston Martin One-77… il y a pire référence !

L’habitacle est visiblement très proche de la série car il ne dispose de quasiment aucun équipement qui dénoterait dans une version définitive. Mais BMW surprend néanmoins son monde avec une très imposante console centrale, regroupant écran multimédia, commandes de clim, etc… Plutôt étonnant pour la marque, habituée jusque là à la superposition des couches sur les planches de bord. Les sièges sont des baquets en carbone très affinés, tendus de cuir et intégrant la ceinture de sécurité.

Les matériaux nobles sont de mise dans tout l’habitacle : alcantara, cuir, carbone et alu. Il y a même des cristaux Swarowski sur le pommeau du levier de boîte et le contrôleur du système iDrive ! Pas une touche de plastique visible… à voir en série si la promesse est tenue.

Une belle bête, racée et sportive, qui va aller chercher sans hésiter des concurrents chez Aston Martin (DB11), voire même Ferrari (GTC4 Lusso), car elle n’oublie pas de garder une architecture 2+2. La motorisation est inconnue, mais le panel de blocs disponibles est assez vaste et qualitatif. Une version équipée du V12 de la 760 ferait un magnifique porte-drapeau, non ? De belles ambitions pour BMW, qu’il nous tarde de voir se concrétiser en production, normalement l’an prochain.

Crédits photos : BMW