atlas-09

Dans le groupe VAG il faut vraiment faire le difficile pour ne pas trouver un SUV à sa taille. Et le groupe y croit tellement que ce ne sont pas moins de 4 nouveautés qui ont été lancées en un an (ou même 6 avec Audi). Dernier en date le Volkswagen Atlas, réservé pour l’instant aux Etats-Unis où il est fabriqué.

Nous avons en effet vu apparaître les Volkswagen Tiguan, Seat Ateca, Skoda Kodiaq, Audi Q2 et Q5 et finalement cet Atlas. Si le design des Audi est encore relativement distinctif, il faut commencer à avoir les capacités du physionomiste du Macumba Club pour arriver à les identifier au premier coup d’œil. Regardez les images ci-dessous, vous avez 5 secondes pour tous me les citer, sans vous tromper !

Et ce n’est pas fini, car on attend encore deux petits concurrents du segment Captur/2008 chez Volkswagent et Seat, un Tiguan XL (a priori pour la Chine seulement), voire même un Kodiaq coupé chez Skoda ! Dans cette euphorie de sortie, voici donc le Volkswagen Atlas qui vient s’intercaler entre le Tiguan et le Touareg. Enfin, s’intercaler, façon de parler, puisqu’avec plus de 5 mètres de longueur, il est plus grand que ce dernier. Les prestations ne seront pourtant pas les mêmes : là où le Touareg se veut haut de gamme et raffiné, l’Atlas se pose en véhicule familial spacieux, disponible uniquement en version sept places.

Produit dans le Tennessee à Chattanooga, l’Atlas est réservé dans un premier temps au seul marché américain où le constructeur a bien besoin de redorer son blason après les affres du DieselGate. D’ailleurs, ô comme c’est surprenant, pas de moteur diesel dans la gamme proposée. Nous retrouvons ainsi un 2.0 TSI de 238 ch et un VR6 3,6 l de 280 ch (motorisation devenue bien exotique en Europe !), le tout accouplé exclusivement à une boîte automatique 8 rapports. Pour dissiper les doutes sur ses capacités de franchissement et sa vocation, l’Atlas ne peut recevoir la transmission intégrale 4Motion qu’en option et uniquement sur la version VR6. La base technique est la bien connue MQB, qui équipe énormément de modèles, de la Golf à a l’Ateca jusqu’à ce gros Atlas.

L’habitacle semble très spacieux (encore heureux avec une largeur de près de 2 m !) mais n’abrite pas un contenu technologique dernier cri. Le Virtual Cockpit ? Non. L’affichage tête haute ? Non. La platine multimédia dernier cri ? Non plus. Il reste heureusement une compatibilité CarPlay et Android Auto, un système audio Fender de 480 W et les derniers gadgets sécuritaires à la mode.

Après les Etats-Unis, l’Atlas partira à la conquête de la Russie et du Moyen-Orient. Quant au Vieux Continent, aucune information à ce jour. Mais il entrerait sans doutes en concurrence quasi frontale avec le Kodiaq et son gabarit particulièrement imposant n’est pas très adapté à nos centres urbains encombrés. Donc peu de chances de le voir par chez nous.

Crédits photos : Volkswagen