Ah, une nouvelle voiture qui n’est pas un SUV, ça fait plaisir. Volkswagen renouvelle donc sa petite Polo avec une sixième génération qui évolue bien plus qu’il n’y paraît.

Car ce qui change sans doute le moins est le design extérieur de la petite citadine. Volkswagen est coutumier du fait et continue à faire évoluer ses best-sellers par petites touches. Les modifications les plus importantes se situent sur les optiques avant et la calandre, qui reprennent les dernières tendances stylistiques de la marque avec la ligne chromée de calandre se prolongeant dans les phares pour devenir la signature lumineuse des feux de jour. Le hayon et les feux arrières n’évoluent que très peu. Les versions hautes GTI et R-Line bénéficient de boucliers spécifiques. L’ensemble, bien que sans surprise de style, reste plutôt agréable et équilibré.

La Polo repose sur la nouvelle plate-forme MQB A0 que la cousine ibère Seat Ibiza a étrenné pour le groupe (vous retrouverez son essai prochainement dans nos pages). De fait, elle grandit très sensiblement en gagnant 8 cm en longueur et atteint 4,05 m (à 20 cm de la grande sœur Golf). L’empattement gagne 9 cm, au bénéfice des passagers arrières. Le coffre gagne 25% de volume pour atteindre 351 litres. On se rapproche de certaines compactes !

Si l’extérieur est plutôt sans surprise, entrez donc pour prendre une grosse claque ! Volkswagen chamboule tout comme il l’a rarement fait avec en premier lieu des grands aplats de couleur sur la planche de bord. Seule la Beetle en avait bénéficié jusqu’à présent. C’est tout bête, mais cela donne un sacré coup de jeune à une voiture autrefois bien sérieuse, voire tristounette. La qualité de fabrication et l’ergonomie semblent a priori dans la tradition de la marque, mais il faudra évidemment tester pour s’en rendre compte.

Grosse nouveauté, tout à fait inédite à ce niveau de gamme : le fameux Active Info Display (ou Virtual Cockpit) est disponible en option sur toute la gamme. Il s’agit de la seconde version de ce système, dont la Polo a la primeur pour l’ensemble du groupe. Il propose une nouvelle interface graphique et une ergonomie simplifiée. Un écran multimédia couleur d’une taille variant de 6,5 à 8″ équipe par ailleurs toute la gamme en série à partir du second niveau de finition. Il va de soi que Apple CarPlay, MirrorLink et Android Auto sont présents, ainsi qu’une foultitude d’aides à la conduite sans lesquelles un conducteur moderne n’oserait plus prendre la route : freinage d’urgence, détection de piétons, détection d’angle mort, park assist, phares full LED, etc…

Révolution aussi pour les motorisations : il n’y a que deux moteurs diesel dans la gamme ! Le dieselgate est passé par là, ça se voit. Il reste donc 2 TDI de 1,6 litre, en versions 80 et 95 ch. Les moteurs essence sont le 1.0 MPI en 65 et 75 ch, le 1.0 TSI de 95 et 115 ch et le nouveau 1,5 TSI de 150 ch.La Polo GTI bénéficie quant à elle du 2 litres TSI de 200 ch. Les 4 versions les plus puissantes peuvent être équipées d’une boîte à double embrayage DSG à 7 rapports. Une extension de l’offre diesel reste cependant probable, bien que plus vraiment pertinente sur les petits modèles. Comme le cousin Audi, Volkswagen croit au gaz naturel et proposera une motorisation 1.0 TGI de 90 ch. Pas certain qu’elle arrive en France.

Pour personnaliser votre Polo, les possibilités seront nombreuses : trois niveaux de finition standard (Trendline, Comfortline et Highline) auxquels il faut ajouter la GTI et la Beats. 14 couleurs de carrosserie et 13 couleurs de casquette de planche de bord vous permettront de mettre à l’épreuve votre bon ou mauvais goût. Des packs d’équipement (R-Line, Black et Style) permettent de modifier l’allure de la voiture (le R-Line comprend notamment des jantes 16″ et des boucliers spécifiques). Sans aller aussi loin qu’une Citroën C3 ou une Mini, il y a quand même largement de quoi faire.

La Beats comprend comme on peut le deviner un système audio spécifique de 300W ainsi que divers équipements dédiés : jantes 16″, tissu spécifique, films décoratifs, etc…

La GTI est donc équipée du nouveau TSI 2.0 de 200 ch. Elle dispose d’un châssis sport, de boucliers, calandre et jantes 17″ exclusifs. Des jantes 18″ sont disponibles en option. Dans l’habitacle, ô joie : tissu à carreau ! Mais pas de balle de golf sur le pommeau, on ne peut pas tout avoir.

La nouvelle Polo apparaît clairement comme une sacrée mise à jour de l’ancien modèle et se permet même de démoder tout le reste du segment des citadines grâce à ses technologies innovantes. Elle sera présentée officiellement au public lors du salon de Francfort en septembre, avec une commercialisation dans la foulée. Les tarifs n’ont pas encore été annoncés à l’exception du prix de base en Allemagne : 12 975 €. Ils seront à surveiller de près !

Crédits photo : Volkswagen