Nous en avons souri il y a quelques mois en parlant de ce sujet mais c’est fait, c’est annoncé, Volvo ouvrira bien une usine en Chine dans deux années environs. On doit cette annonce, il y a quelques jours, à Stefan Jacoby, patron de Volvo. Le patron allemand de Volvo a fait savoir qu’il ne manquait plus que l’accord officiel des autorités chinoises pour que les travaux puissent être lancés.

Ainsi , on constate que le désaccord survenu entre S.Jacoby et L.Shufu est de l’ordre du passé et l’objectif de Li Shufu d’ouvrir trois usines en Chine est désormais quelque chose de très probable. L’objectif du patron de Geely étant toujours de vendre 300.000 autos sur le grand marché chinois en passant dans 3 ans par le palier 100.000 ventes/an ce qui nous éloigne franchement des 30.000 ventes actuelles. Aussi même s’il y a eu des désaccords entre Göteborg et la Chine, cela est dérrière et le grand patron a fait ce qu’il a voulu en imposant ses choix et ses projets.

Cette nouvelle usine prendra le relai de l’actuelle unité de production chinoise de Volvo qui était née dans le cadre d’une joint venture entre Ford et Chang’an et d’où ne sortent que 15.000 voitures chaque année.

On a aussi la quasi confirmation avec la mise en chantier de cette nouvelle usine qu’il y aura bien une prochaine Volvo au dessus de l’actuelle S80 comme le voulait le… grand patron chinois.

Comme pour faire passer la pilule aux européens ( qui commencent à réagir contre les rachats chinois en Europe  ) et aux suédois, Stefan Jacoby a annoncé que 500 emplois allaient être créés en Suède grâce au rebond des ventes de la marques sur presque tous les marchés. Enfin n’oublions pas que Li Shufu a comme objectif de faire passer la barre des 500.000 autos/ans à Volvo d’ici à 2015 et que pour ça, il faudra une autre usine… chinoise. Pour mémoire le record de production de Volvo date de 2007, année où la marque avait produit 460.000 autos…rien qu’en Suède !

Ainsi après le nouvel accord de distribution de Saab en Chine avec le groupe CATC, c’est au tour de Volvo de prendre la direction de l’Empire du milieu. A croire que ce grand pays est la planche de salut du monde automobile qui va toutefois ne pas devoir mettre tous ses oeufs dans le même panier car une crise économique locale dans les années à venir n’est pas à exclure et là, beaucoup pourraient y perdre plus que des plumes…

Volvo, AFP, Esaybourse.

Crédits photos : AFP.