Après quatre rallyes pour autant de vainqueurs différents, le petit monde du WRC se rend ce week-end dans l’hémisphère sud. Ils tenteront d’éviter les buffles et les pierres, lors d’une épreuve qui compte parmi les plus rudes du calendrier : le Rallye d’Argentine.

L’événement argentin, qui commence aujourd’hui, jusqu’au 30 avril, est très exigeant et représente le test le plus difficile pour les voitures, rappelant par certains aspects, le mythique Safari Rallye. Très différent des routes mexicaines, la terre est ici plus sablonneuse et cassante.

Basé à Villa Carlos Paz, dans la province de Córdoba, l’épreuve est une des plus diversifiées du championnat. Ses spéciales varient entre des tracés très rapides de la vallée de Punilla, au sud, et entre les chemins montagneux plus étroits de la Traslasierra à l’ouest.

Particularité du terrain argentin, des morceaux de roche peuvent être arrachés, et endommager la mécanique, et/ou causer des crevaisons. Les pilotes doivent également se méfier des passages de gué, plus au moins profond suivant les intempéries locales. Ils peuvent gravement endommager les radiateurs s’ils sont traversés trop rapidement.

« Ce n’est pas un rallye où vous pouvez utiliser toute la route et glisser d’un côté à l’autre. Ici, il y a toujours quelque chose à éviter », explique le pilote estonien de M-Sport, Ott Tänak. « Des pierres peuvent être traînées sur la trajectoire et vous devez garder les yeux ouverts — vous devez garder cette marge de sécurité et savoir quels risques en valent la peine et ceux qui ne le valent pas ».

Le pilote belge Thierry Neuville, vainqueur du dernier Tour de Corse, a déclaré : « L’Argentine est probablement le rallye le plus brutal de la saison. C’est une épreuve où vous devez faire extrêmement attention. »

Le coéquipier de Dani Sordo a ajouté : « les routes sont vraiment difficiles. C’est un rallye incroyablement exigeant tant pour la voiture que pour l’équipage, alors nous savons que nous devrons être à notre maximum pour obtenir un bon résultat ».

Pour un terrain qui change si radicalement entre chaque spéciale, le réglage des trains roulant représente l’un des plus grands casse-têtes de la saison. Autre facteur important, la météo.

À mesure que l’hiver approche dans l’hémisphère sud, presque tout est possible. Les fortes averses se sont interrompues peu avant le Shakedown, et des températures autour des 10 degrés Celsius sont prévues pour le week-end. Du brouillard est également prévu, malgré un ciel bleu sur Córdoba, ville accueillant le parc d’assistance.

Le Rallye d’Argentine a commencé aujourd’hui. Il comporte 18 étapes spéciales, totalisant 357,59 km de parcours chronométré, soit une distance totale de 1417,98 km.

À l’arrivée du Shakedown, le Finlandais Jari-Matti Latvala, sur Toyota Yaris WRC, a contraint la triplette de Hyundai i30 mener par Hayden Paddon, Dani Sordo, et Thierry Neuville, en raflant le scratch lors du dernier passage.

Crédit Photo: RedBull

Classement Shakedown :

  1. Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) : 4’02″0
  2. Hayden Paddon (Hyundai i20) : 4’02 » 1 (+0 » 1)
  3. Dani Sordo (Hyundai i20) : 4’02 » 2 (+0 » 2)
  4. Thierry Neuville (Hyundai i20) : 4’02″6 (+0″5)
  5. Sébastien Ogier (Ford Fiesta) : 4’03″0 (+1″0)
  6. Mads Ostberg (Ford Fiesta) : 4’03″4 (+1″4)
  7. Kris Meeke (Citroën C3) : 4’03″5 (+1″5)
  8. Craig Breen (Citroën C3) : 4’04″4 (+2″4)
  9. Ott Tänak (Ford Fiesta) : 4’05″3 (+3″3)
  10. Juho Hänninen (Toyota Yaris) : 4’06″4 (+4″4)

 

NDLR : bienvenue à Damien qui rejoint notre équipe !