C’est avec un museau noir et une carrosserie vierge de toute publicité que les Ferrari F2001 coururent le Grand Prix d’Italie 2001 sur le circuit de Monza. C’était le week-end du 16 septembre 2001.

Ferrari Monza 2001 (4)

Une fois n’est pas coutume, les monoplaces au Cheval cabré n’étaient pas entièrement rouges sur l’autodrome de Monza. Il ne s’agissait pas de bouder le public local, tout acquis à leur cause, mais de rendre hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Le Grand Prix de F1 était en effet l’une des premières compétitions sportives à se tenir après les événements. La combinaison de Rubens Barichello, deuxième de l’épreuve, était également vierge de sponsor. L’épreuve italienne se tenait également un an après la mort d’un commissaire de course sur place, décédé des suites d’un choc avec une roue accidentellement détachée de l’une des monoplaces. On retiendra sur le plan sportif la première victoire d’un Colombien en Formule 1 à ce GP de Monza 2001, en la personne de Juan-Pablo Montoya, qui était parti en pôle position.

HotWheels fit une reproduction à l’échelle 1/18ème de la monoplace « Monza 2001  » de Schumacher, bien que celui-ci ne finit que quatrième de l’épreuve.

La manche suivante fut le Grand Prix des Etats-Unis, qui se tint le 30 septembre 2001 sur le circuit d’Indianapolis. Outre une partie parabolique, le point commun avec Monza fut que Ferrari y conserva sa livrée sans sponsor et avec museau noir. L’écurie Jordan rendit elle-aussi un hommage, en inscrivant sur les pontons de la monoplace de Trulli les mots « Bitten Heroes » (Héros Battus) du côté gauche et la mention « Peace no war » (La Paix, pas la guerre) sur le flanc droit, tandis qu’un drapeau américain était peint sur le capot.

Entre hommage sincère et coup publicitaire maquillé en absence de sponsors, il reste néanmoins un geste, plutôt digne, qui change de l’image « paillettes » que la Formule 1 donne trop souvent d’elle-même.

Sources et photos : Fan de F1, Avassaloto, Wikipedia, Ferrari