WP_000515

Alfa Roméo présentait devant la presse international à Balocco ses deux versions survitaminées : la Giuilietta et la MiTo QV. Dévoilées au salon de Genève, les deux sportives d’Alfa Romeo ont fait leur show lors de la session presse. En effet, alors que l’écran géant présentait ces deux modèles, celles-ci traversaient la salle de conférence à grande vitesse, une belle présentation en dynamique.

Dynamique justement, le sont-elles ? Sont-elles les dignes héritières du QuadriFoglio Verde ?

L’histoire du QuadriFoglio Verde remonte à 1923, Ugo Sivocci remporta la Targa Florio au volant de sa RL sur laquelle était peint le trèfle à 4 feuilles. Depuis, les pilotes de l’écurie Alfa Romeo ont adopté ce symbole signe de porte bonheur donc de victoire. Ces deux nouvelles versions ont pour objectif de perpétuer la tradition Alfa Romeo, ce sont des autos à vocation sportives mais parfaitement adaptées pour un usage quotidien.

La Giulietta QuadriFoglio Verde

Notre essai commence par la Giulietta QV Launch Edition. Un extérieur assez sportif, une couleur gris Magnesio mat conjuguée à un traitement Dark Chrome pour les coques de rétroviseurs, les poignées de porte et la grille de calandre. Les logos Quadrifoglio Verde sont fièrement incrustés sur chaque ailes avant histoire d’affirmer son identité, ainsi que des jantes en alliage noir mat de 18’ et des freins Brembo avec un étier rouge. A l’intérieur, on garde la même recette. Des sièges sport en cuir et Alcantara et des rappels du symbole Quadrifoglio Verde au niveau du seuil de porte et de l’instrumentation. Les sièges sont parfaitement adaptés à cette version QV, ils permettent aussi bien le maintien du conducteur pressé, mais assurent aussi le confort du conducteur lambda au quotidien. Seul regret, la finition intérieure n’est pas franchement au rendez-vous par rapport à ses concurrentes, mais reste cependant tout à fait correcte.

Lorsqu’on soulève le capot, on découvre le moteur 1750 de la 4C qui développe 240 ch et 340 Nm de couple dont 80% sont disponibles dès 1800 tr/min. Il est accouplé à la boîte à double embrayage Alfa TCT à 6 rapports. A noter que La sonorité du moteur fut rigoureusement travaillée par les ingénieurs pour se rapprocher au mieux de la mythique GTA : objectif atteint.

Sur route, le comportement de la voiture est agréable. Chaque accélération est un plaisir à vivre, mais aussi un plaisir à entendre car le moteur « rugit » dés lors qu’on le titille, ceci étant accentué par les nouvelles sorties d’échappement de 92 mm. Cependant, lorsque l’on sélectionne le mode automatique via le sélecteur DNA (Dynamic, Normal, All weather) la voiture devient plus sage et nettement plus aseptisée. Si l’envie vous prend de frimer au feu rouge, le launch control est là, il suffit d’appuyer sur le frein et sur l’accélérateur, d’activer le mode en appuyant sur le bouton – de la palette gauche du volant, puis de lâcher le frein, vous êtes parti pour atteindre les 100 Km/h en 6,0 secondes et une vitesse max de 240 Km/h. Officiellement, la consommation est en baisse, elle ne consomme désormais que 7,0L/100 en cycle mixte même si durant notre essai, l’ordinateur de bord affichait plutôt 10-11 L/100.

La Giulietta QV est disponible à partir de 34 400 euros. A ce tarif et de série vous disposerez des aides de stationnement avant/arrière, du pédalier en aluminium, des jantes alliages de 17′, de la climatisation automatique, de la transmission automatique à double embrayage TCT et des sièges sport en cuir et Alcantara, Pour la version Launch Edition limitée à 60 exemplaires en France, il faudra débrousser 37 100 euros pour bénéficier d’un spoiler et des coques de rétroviseurs en carbone ainsi que des jantes en alliage de 18′ design competizione.

La MiTo QuadriFoglio Verde

Pour sa version sportive, la MiTo adopte un parc choc et un spoiler arrière retravaillés. Comme sur la Giuilietta, les coques de rétroviseurs, les poignées de portes, la calandre ou encore l’entourage des projecteurs reçoivent le fameux traitement Dark Chrome sensé apporter d’avantage d’agressivité. Sans oublier bien évidement, les jantes en alliages de 17′ et les étiers de freins rouges. L’intérieur ne déroge pas à la règle, comme chez sa grande sœur la Giulietta, la finition n’est pas son point fort, des plastiques par-ci par là viennent gâcher un intérieur pourtant bien sculpté. Cette MiTo QV est équipée entre autre d’un nouveau volant sport à surpiques blanches et d’une planche de bord façon carbone. Si vous souhaitez d’avantage de sportivité, vous pourrez toujours consulté le catalogue d’options et opter pour les sièges baquets Sabelt à coque en carbone.

Sous le capot de la MiTo QuadriFoglio Verde se trouve le moteur 1,4 MultiAir turbo essence accouplé à la transmission inédite à double embrayage à 6 rapports Alfa TCT. La puissance plafonne à 170 ch pour un couple maximal de 230 Nm en mode Natural et 250 Nm en mode Dynamic. Le 0 à 100 est parcouru en 7,3 secondes avec une vitesse maximal de 219 km/h. Pour finir, la consommation est de 5,4L/100 en cycle mixte pour 124g/Km, donc aucun malus n’est appliqué sur le marché Français.

Sur la route, les temps de latence lors des changements de rapport et lors des accélérations sont élevés (2 secondes au moins) ce qui stop net l’envie d’accélérer. De plus, sur chaque route bosselée, le châssis de la MiTo QV perd ses repères, et les suspensions amortissent très mal les chocs ce qui fait qu’elle continue à « sautiller» sur quelques mètres pour enfin retrouver sa stabilité. Pour finir, on regrette sur cette MiTo QV le manque de caractère et la quasi similitude entre le mode Normal et le mode Dynamic qui n’améliore que très peu les choses. Vous l’aurez donc compris, la Mito QV n’est pas prédestinée pour la piste et n’est pas aussi sportive que la Giulietta QV.

Cette différence impact bien évidement le prix, la MiTo QV est proposée à partir de 24 900 euros. Elle dispose de série: la climatisation automatique, des jantes en alliage de 17′ et de la transmission automatique à double embrayage à sec Alfa TCT. Il faudra néanmoins dépenser 2500 euros pour les sièges sport Sabelt et 900 euros pour le châssis dynamique.


Crédit photos: Khalil, Alfa Romeo 

Un très grand merci à Alfa Romeo France pour l’invitation !