La VW 411 ( Type 4 ) est preséntée au salon de l’automobile de Paris 1968 et succède à la type 3 veillissante esthétiquement mais aussi dans sa conception. Cette 411 annonce aussi pas mal de changements dans la manière de construire des autos du coté de Wolsburg puisqu’elle introduit la structure monocoque, la suspension avant de type Mc Pherson, la suspension arrière avec ressorts hélicoïdaux, l’embrayage hydraulique sur les BVM4 et une vraie BVA3 .

Cette 411 est aussi la première VW 4 portes et en cela est l’ancètre de la Passat qui succèdera à la Type 4 dès la fin 1974. Par ailleurs, la qualité des liaisons Mc Pherson fait que même les Cox 1302 et 1303 bénéficieront de ce type de suspension.

La gamme se décline en 1968 en deux types de carrosserie à savoir Fastback 2 ou 4 portes et Variant ( break 3portes ). La voiture est disponible dès le lancement avec le H4 de 1679 cm3 de 68 chevaux qui évoluera dès l’année 1969 avec l’apparition de l’injection qui fait que cette VW 411 devient une puissante 411 E de 80 chevaux ( seul moteur vendu aux USA ).

Il faut savoir qu’en 1969, cette 411E partage son moteur 1.7 L avec… une Porsche car la 914 lancée cette même est équipée du même bloc à plat refroidi par air et alimenté par une injection. 1969 est aussi l’année du restylage de la 411 avec l’appartition de phares à deux optiques avec ampoules halogènes. Mais malgré ces évolutions la 411, surnommée le Coati, va évoluer lentement sur les marchés européens et guère plus vite sur le marché nord américain où le H4 est un peu juste notamment en terme de puissance face au V8 ou L6 « small block ». La 411 pâtira aussi d’un prix élevé sur les marchés notamment en RFA où elle est vendue plus chère qu’une grande Opel Rekord 1700 bien plus spacieuse et avec un grand coffre.

1972 voit la fin de la 411 qui sera remplacée par la 412 à l’allure plus moderne ( nouveaux phares avant, nouveaux sièges  ) mais qui régresse mécaniquement puisque le 1700 et remplacé par un 1800 de… 85 chevaux qui délaisse l’injection pour un retour aux carbus double corps. Pas de grand changement du coté des performances puisque que la Vmax passe de 150 à 160 km/h et le 0 à 100 km/h est abattu en 15 secondes au lieu de 17, ce qui est normal à l’époque pour ce type de voiture qui pèse aux environs de 1080-1100 kg. Au final, lorsque la lignée 411/411 E/412 est retirée du catalogue pour laisser la place à la Passat, ce sont seulement quelques 367.728 Type 4 qui sont sorties de chaine soit bien plus que la K70 ( env 210.000 exemplaires ) mais bien en deçà des espoirs de VW, ce qui précipite son renouvellement en 1974. Les résultat sur le marché américain sont catastrophiques puisque seulement 117.100 Type 4 seront écoulées alors que les objectifs étaient triples !

Une rare publicité française ci dessus et ci dessous un autre pub qui nous permet de découvrir la planche de bord et le confort de cette VW « familiale »…

Et pour le plaisir, trois vidéos.

http://www.youtube.com/watch?v=ClCad9F8U3U

http://www.youtube.com/watch?v=Xibo8VjXJC8

http://www.youtube.com/watch?v=S8R-hpcBJH8

Il fut donc un temps où les VW ne se ressemblaient pas toutes, ne se vendaient pas si bien que ça, faisaient un vrai bruit de tracteur, rouillaient mais avaient aussi un esprit hors des clichés et des normes. C’était aussi le temps du Buggy  et des hippies ! Ci dessous une belle version 411E Variant française dans une belle teinte bleu ciel.

Voici celle qui lui succèdera en 1974, la Passat B1.

 Pour ceux qui seraient intéressés, sachez que c’est une auto qui est assez difficile à trouver en France, par contre en Allemagne, il est encore possible de dégoter de beaux exemplaires.