16.175€ pour une merveille en très bel état ! Un cabriolet qui vous fera vite oublier les CC avec leurs pare brise qui font penser à des toits panoramiques, les trop banales tractions, des boiseries pour oublier le Carbon Look, un propulsion pour se faire plaisir et une belle sonorité d’un 2.0 L DOHC italien avec injection électronique Bosch pour ne pas passer chez le mécano tous les 5000 km pour cause de carburateurs capricieux.

Bien sur il faudra vous faire à l’absence de direction assistée, d’ABS, à l’essieu arrière rigide, au skaï brulant l’été ou au superbe autoradio Blaupunkt Heidelberg SM21 avec lecteur de cassette autoreverse. Mais pour le reste ce n’est que du bonheur avec un moteur 2.0 L DOHC fort de 105 ch, 142 Nm de couple ( 135 sur les versions à compresseur ) développé ) partir du 1500 mis au point par l’Ingegnere Lampredi associé à une BVM5, d’ailleurs ce 2.0 L se retrouvera sur bon nombre de voiture du groupe Fiat. On appréciera bien sur la ligne élégante due à Pininfarina ce qui vaut à cette Fiat de porter le logo de la carrosserie turinoise sur le capot.

 

Cette version de 1983 fait partie de la serie DS 2.0 qui est la dernière produite entre 1982 et 1985 chez Pininfarina et non chez Fiat. Cette version se reconnait à ses jantes alu en 14 pouces en provenance de chez Speedline, ses gros pare chocs identiques à ceux de la US, ses grand feux arrières  et ses rétroviseurs intégrés dans les petites vitres de custode avant.

La 124 Spider est une petite auto par rapport à nos critères actuels puisqu’elle ne mesure que 3.97 m de long et 1.62 m de large pour un poids inférieur à la tonne.  Par un foudre de guerre mais un cabriolet qui pointe à plus de 175 km/h et qui abat le 1000 mètres en 33 secondes environs, ce qui est suffisant pour un cabriolet à l’italienne destiné essentiellement à la balade en agréable compagnie !

 

Pour ce qui de l’habitacle, c’est le meilleure de l’Italie des années 60-80 avec une belle planche de bord en vrai bois, des petits manos Véglia et un compte tours qui s’agite comme un ressort à chaque pression sur l’accélérateur, un beau volant Nardi Classic légèrement tulipé et des sièges plutôt confortables parfaits pour les voyages sur les petites routes de Toscane ou sur les bords de l’Adriatique surtout que le 2.0 L DOHC est mélodieux ce qui ne gâche rien. Il faudra néanmoins se faire au pont arrière rigide un rien baladeur alors que le train avant est assez précis, à la boite qui demande bien décomposer les passages ou à la direction qui muscle les bras à chaque visite à un parking.

Attention aussi à la capote de qualité médiocre et qui vieillit assez mal surtout sur les versions nées après 1975-76 car la toile a laissé la place à un plastique toilé de mauvaise qualité qui se coupe, se fend à chaque ouverture ou fermeture de la capote à la cinématique souple… Mais si on sait tout ça et si on est prêt à l’accepter, c’est parti pour de très bon moment printaniers ou estivaux.

Un vrai plaisir à conduire qui est hélas devenu rare à trouver dans un bel état car la 124 Spider comme les Fiat de cette période avait un vrai appétit pour la rouille, quelques petits soucis de consommation d’huile ou d’électricité et une capote qui vieillissait très mal. Beaucoup d’entre elles ont été massacrées, abimées par des préparations faites au fond du garage qui n’ont rien arrangé à l’affaire et il est vraiment très rare de trouver une version dans l’état de celle ci qui est en vente chez Bahman Cars en Suisse.

 

Une auto à redécouvrir si on aime les autos qui hésitent entre plusieurs styles ou catégories, qui sont des autos de collection encore abordables, facilement réparables ou restaurables. A rechercher en 1500 pour la version originale née en 1965, en 1800 pour la sportivité, en 2000 ie ou VX ( avec le 2.0 L 135 ch de la Trevi Volumex ) pour la facilité de vie et en 2000 Turbo si on aime la rareté et qu’on a le temps de chiner dans les ventes ou dans les annonces. Quant aux versions Abarth c’est de l’introuvable ou presque et très c’est très cher !

et une très rare version Turbo.

Il fut un temps où Fiat etait présent aux USA et ne vendait pas que des 500…

Et si vous voulez un cabriolet quasi Vintage mais un peu moderne et élégant n’oubliez pas qu’il existe une très belle française née au même endroit, la Peugeot 504 cabriolet…et pour les collectionneurs d’autoradios, une belle image de cette merveille de technologie ( réellement un bon produit qui mettait Pioneer, Philips  ou les italiens de Dieci dans les choux ) du début des années 80 que fut le Blaupunkt Heidelbelg SM21.

 

Et pour finir une belle version grise Spec Euro ( avant 1980 et reconnaissable aux petits pares chocs ) équipée de très italiennes jantes alu Campagnolo.

 

Via Bahman Cars, Youtube.