Elle aura déjà trois ans dans un mois, elle a séduit le monde automobile, elle a séduit les acheteurs et les acheteuses, elle a fait bouger quelques lignes et quelques repères sur marché, elle a inquiété la Mini et a conquis en moins de 3 ans quelques 450.000 acheteurs, mais depuis la rentrée 2009 et surtout depuis le début décembre 2009 et janvier 2010 les ventes semblent sérieusement marquer le pas, alors petit passage à vide ou vrai coup de fatigue pour le petit italienne rondouillarde ?

Fin de l’effet de mode, prix trop élevé, mauvaise forme du marché, manque de praticité, effet de la crise, difficile à savoir exactement le pourquoi de l’affaire mais sur son marché domestique en hausse de 1.7% en 2009, la 500 a vu ses ventes reculer de plus de 14.0% et l’avenue du renfort de la 500C l’été dernier n’y a rien changé du tout, encore plus préoccupant, au mois de janvier 2010 alors que le groupe Fiat est très nettement à la hausse dans tous les pays européens ( y compris en Italie avec  + 29.1% ) , la Fiat 500 est en net recul de près de 10% ( 9.8 % exactement ).

 Doit on voir une lassitude de la part de la clientèle ( phénomène nettement moins marqué chez Mini ), des prix pas en rapport avec ce qu’est réellement cette petite auto, une position attentiste de la clientèle chic et hype acheteuses de citadine luxueuses et à forte image ( venue des A1 et DS3 ), difficile de le dire précisemment mais il y a probablement un peu de tout d’autant que la gamme est assez étroite, que le 1.2 L n’est vraiment pas une merveille même en milieu urbain et péri urbain det les possibilités de personnalisation assez réduites face à Mini mais aussi Citroën et surment Audi…L’arrivée du nouveau L2 dans les mois qui viennent devrait aider un peu la 500 à reprendre des couleurs mais une chose est sure c’est que cette 500 n’aura pas la carrière de sa mythique ancètre ( 1957-1975 et 3.800.000 d’exemplaires ), le « pot de yaourt » et on se retrouve un peu dans la même situation qu’avec la VW New Beetle qui avait très bien marché durant les deux ou trois premières années avant de s’effondrer et de tomber dans un quasi anonymat affectif et commercial.

Il faut aussi noter une très forte absence de réelle communication autour de cette auto, Fiat comptant surement sur la notoriété du nom mais la publicité dans la presse, sur le Net, les vidéos, les 4×3 autour de ce modèle manquent vraiment tout comme la création de series limitées ou spéciales abordables bien loin des Diesel, Pink ou 695 est aussi une grosse faiblesse sur le marché . L’effet de mode étant passé, il faudrait aussi repositionner en prix cette auto qui est désormais trop chère de 1700€ environ en modèle d’entrée de gamme  (1.2 L Pop ). Parce qu’en parallèle il faut noter les très bons scores de la Grande Punto ( puis Punto Evo ) et les résultats commerciaux exceptionnels de la « mamie » Panda déjà vieille de 7 ans mais bien positionnée en prix depuis pas mal de temps.

Au delà des versions existantes ( 500, 500C, Abarth ) , les amateurs attendent toujours la 500 Giardiniera promise depuis le lancement et dont on n’entend plus parler si ce n’est sur les forum pro Fiat ou pro 500, vraiment dommage car un look sympa, des prix bien placés, un peu plus de praticité, un bon équipement et les bons moteurs Fiat pourraient aider à faire durer le succès mais pour l’instant rien…( une surprise à Genève, j’en doute fort ! ).

Reste qu’avec l’arrivée l’an prochain de la nouvelle Panda et un tout petit peu plus tard de la Uno « Low Cost », la vie à moyen terme de la 500 risque de devenir difficile surtout si on ajoute la concurrence qui se densifie et peut être une petite Topolino toute mignonne … Et puis il ne faut pas oublier l’arrivée de la 500 aux USA qui sera aussi un test pour la petite auto ( mais aussi pour Fiat aux USA  ) et où rien n’est acquis, rien n’est gagné surtout quand onsait que les Mini, Smart,et Avéo ont vraiment bu le bouillon en 2009 dans un marché qui s’est réduit à grande vitesse et en 2010, les concurrentes seront là notamment chez Ford avec la Fiesta mais aussi la Ka dès 2011, et sur ce dernier exemple, Ford possède deux avantages de taille avec son image retrouvée et un réseau de distribution immense. La 500 aux States, une aventure à suivre avec intéret dès la fin d’année et surtout en 2011.

 Un vrai coup de pouce technique ou commercial de la part de la firme turinoise ne serait pas de trop pour relancer la carrière de cette sympathique petite automobile à l’italienne qui commence un peu à s’essouffler.

 

Et ne l’oublions pas, le fantôme de l’ancêtre rôde toujours du coté de Turin et du Lingotto…

Via CDS, Unica-Strada, CCFA.