BlogAutomobile

Fiat : Nouveau souffre douleur des agences de notation

 

 

Après les états qui ont vu leur notation dégradée comme c’est le cas bien sur de la Grèce, mais aussi de l’Italie et désormais de l’Espagne, après les états qui sont sous pression ( ou chantage ? ) comme la Belgique, le Portugal et bien sur la France, les agences de notation se mettent sur le dos des grandes entreprises et particulièrement celles situées en Europe. L”automobile ne peut donc échapper à cette chasse mise en place par trois agences américaines qui, il faut le rappeler, sont toutes liées à des groupes bancaires américains !


Et c’est Fiat de par sa présence des deux cotés de l’Atlantique qui en fait les frais avec l’agence Fitch qui se joint à Moody’s pour dégrader une fois encore la notation du groupe italien. Fitch met en avant des problèmes dits structurels qui sont en fait lié à l’intégration de Chrysler dans la nouvelle entité industrielle. L’agence américaine ne se dit pas convaincu par la solidité financière, industrielle et commerciale de la nouvelle structure du groupe Fiat. Ainsi Fitch ne croit pas du tout à, la mise en place et à court terme d’une synergie concrète et pense même qu’il y a de très gros risques notamment à cause de la dégradation attendue des marchés en 2012-2013.

Fitch met aussi en avant le fait que si Fiat est en bonne santé financière, ce n’est toujours pas le cas de Chrysler qui ne vit que sous les perfusions financières mises en places par le groupe automobile italien. L’agence pointe aussi du doigt le fort recul de Fiat sur son marché historique, l’Europe, et malgré la position de leader de Fiat au Brésil (1/4 du marché) , l’agence fait remarquer que le marché sud américain sera en phase de ralentissement important dès 2012, enfin on fait toujours remarquer que Fiat est quasi absent des marches russes et asiatiques.

Si l’intégration de certains modèles ( vers l’Europe ) est techniquement assez réussie, les analystes font remarquer que les clients Fiat ou Lancia ne se retrouvent pas dans ces modèles adaptés de voitures américaines et on fait remarquer qu’en dehors du marché italien, on ne peut pas pour l’instant parler de réussite commerciale et on se pose la même question au sujet des trois nouvelles Lancia ( Thema, Voyager, Flavia cabriolet ). Fitch et ses spécialistes pointent aussi le fait que Fiat a négliger depuis trois ans au moins le renouvellement des gammes de ses marques européennes et même si la Panda arrive dans quelques mois en concession, on se pose la question de savoir s’il n’est pas trop tard notamment pour Alfa Romeo. Fitch et Moody’s mettant en avant que d’ici à 2014 rien  de neuf n’est prévu  et que cela pourrait êttre préjudiciable au groupe automobile.

Enfin les agences de notation mettent en avant le fait que Fiat doit finir sa restructuration italienne afin de réduire ses coûts de production et sa dépendance italienne même si cela doit passer par une délocalisation d’une partie de la production ( on pense Serbie, Russie mais aussi Inde ou Asie ) ce qui risquerait de très mal passer en Italie mais qui est  tout de même dans l’esprit de Sergio Marchionne !

Toujours est il qu’avec cette nouvelle dégradation de la note du groupe Fiat de BB+ à BB, l’action a chuté ( -1.45% ) en fin de semaine à la bourse de Milan qui était à la hausse de 2.0%. Hélas un nouveau coup sur la tête du groupe industriel italien qui n’a pas besoin de ça et qui espère tirer les premiers bénéfices de la reprise de Chrysler dès l’an prochain notamment grâce à la rationalisation de certaines productions et à la diminution de certains coûts. Une affaire à suivre dans les prochains mois surtout quand on sait que les notations influent hélas sur le coût du crédit aux entreprises et une baisse de notation veut dire des taux d’intéret plus élevés et peut être moins d’investissement donc… pour Fiat mais aussi pour d’autres, des risques industriels, financiers et commerciaux.

 

Via Reuters, Romandie.com, Easybourse.