C’est par un communiqué publié vers l’heure du déjeuner que PSA a annoncé qu’il continuera à produire jusqu’en 2017 des véhicules sur le site de Sevelnord mais au delà de cette date l’accord ne sera pas reconduit pour l’ensemble des véhicules produits en commun en France mais aussi en Italie ( Val di Sangro ).

PSA met en avant des futures stratégies totalement différentes et de vraies divergences  pour les futurs VU et les dérivés VU. Mais malgré cette fin de coopération annoncée, PSA n’abandonne pas le nord puisque le groupe automobile annonce de nouveaux investissements dans la region Nord Pas de Calais ( PSA y est le premier employeur ). Ainsi le constructeur va investir 355 millions d’euros sur trois ans pour les sites de Valenciennes et pour la Française de Mécanique à Douvrin.

220 millions d’euros pour le site de Valenciennes pour la production de la future boite de vitesse DCT à double embrayage qui devrait être produite à 400.000 exemplaires d’ici à 2014. 400 emplois sont prévus avec cette évolution du site. PSA semble veiller à l’équilibre entre les sites nordistes et lorrains, ainsi le l’usine valenciennoise verra production passer de 1.7 millions de BV/an à 2.4 millions de BV/an.

135 millions d’euros seront investis à Douvrin pour moderniser et adapter l’usine afin qu’elle puisse produire le nouveau moteur L3 Turbo essence du groupe PSA qui devrait sortir de chaine à raison de 320.000 ex/an.

Un centre de RD&I pérenne sera installé sur le site valenciennois avec 110 ingénieurs et techniciens ( vs 50 aujourd’hui ). A terme lesite de Valenciennes devrait atteindre les 3.000 salariés. Ce nouveau centre de RD&I sera spécialisé dans le développement de tous les types de boite de vitesse et notamment celles destinées aux véhicules hybrides ou de nouvelle génération.

PSA reste optimiste sur l’avenir des sites car la production de Sevelnord augmente encore avec une production quotidienne qui passera de 420 à 520 véhicules/jour, par ailleurs Didier Martin , directeur de la production industrielle chez PSA fait remarqué que Fiat ne représente que 20% environ de la production des sites nordistes et que d’ici à fin 2016, il y a le temps de réorganiser les production de Sevelnord. Néanmoins, cette situation était prévisible du fait de la politique du groupe Fiat qui se désengage le plus possible pour recentrer ses forces , sa production et ses finances dans les usines Fiat et celles du groupe Chrysler. Les Boxer et Jumper produits en Italie le seront, non pas jusqu’en 2017 mais jusqu’en 2019 comme l’accord initial le prévoyait.

 

Via PSA, UsineNouvelle.